Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 septembre 2009

DES INÉGALITÉS....

TRIBUNE LIBRE

 

Quelle terrible époque vivons-nous !

Il ne se passe pas un jour sans que l’annonce ou la mise en place d’une mesure ne soit faite, visant à accroître les inégalités au sein de notre société.

Dimanche dernier, le 6 septembre 2009, il nous est présenté le projet - mais est-ce vraiment seulement un projet ? – d’une hausse du forfait jour hospitalier et du déremboursement – ou de la diminution de l’assiette de remboursement – de certains médicaments. Ces mesures défavorisent, une fois de plus, les ménages les plus démunis. En effet, pour eux, qui n’ont pas de mutuelle ou des remboursements partiels de la part de leur mutuelle (cotisant sur les contrats les moins onéreux), l’impact de telles mesures est direct et immédiat : ils vont devoir mettre la main à leur portefeuille, si tant est que celui-ci n’est pas déjà vide…

 

Roselyne Bachelot, sur France 5, dimanche dernier, a précisé qu’il ne lui paraissait pas « illégitime » d’augmenter le forfait hospitalier, qui ne l’avait pas été (augmenté) depuis 3 ans. Néanmoins, elle a estimé qu’une augmentation de 25% lui paraissait exagérée. C’est pourtant les chiffres qui ont été inscrit dans le projet de loi du financement de la sécurité sociale… Elle a indiqué également que la baisse de remboursement de certains médicaments, comme le paracétamol notamment, « ne lui paraissait pas une bonne idée », sans pour autant apporter un quelconque démenti sur ces deux mesures…

 

Hypocrisie ? Tout au moins, encore une censure ou une atteinte à la liberté de penser de chaque ministre ou élu de l’UMP. Le jour même, à La Grande Motte, dans le cadre de l’université de rentrée du MoDem, Jacqueline Gourault, sénatrice-maire et vice-présidente du MoDem disait qu’elle aimait ce mouvement (le MoDem) car il lui permettait d’ « agir en respect de mes valeurs ». En d’autres termes, elle a dit : « Je suis dans cette famille politique car je ne suis pas obligée de faire ou ne pas faire »… Chacun pourra apprécier la différence énorme entre nos valeurs et celles de l’UMP - qui ne peut que confirmer pourquoi aucune alliance n’est possible avec ce parti, comme l’a démontré encore récemment François Van de Ville, secrétaire départemental du MoDem du Gard, dans un récent billet.

Creusement des inégalités, atteinte aux libertés individuelles à tous les échelons de la société, y compris au niveau des membres du gouvernement qui mettent en œuvre cette politique…

Lundi dernier, il est rapporté dans la presse, notamment par le journal Libération, qu’une lettre a été envoyée par le syndicat de la magistrature à la ministre de la justice Michèle Alliot-Marie, dénonçant l’existence de projets de textes modifiant l'organisation et le fonctionnement de la justice, en cas de pandémie de grippe A. Ces textes ont été transmis dans le plus grand secret aux chefs de cour et aux procureurs généraux en juillet 2009. Ils prévoient le recours au juge unique, la tenue des procès à huis clos, l'envoi de mineurs devant le tribunal correctionnel - et non devant le juge des enfants -, la possibilité de différer l'entretien avec un avocat pour les gardés à vue et les prévenus et la prolongation de la détention provisoire de quatre à six mois.

 

La ministre, en réaction, a réfuté l’existence d’un plan secret mais a évoqué l’existence de mesures d’urgence préconisées… refusant de préciser ces mesures !

Hypocrisie ? Langue de bois ? En tout cas, à coup sûr, encore une fois, preuve du bafouement des principes de liberté, et de l’accélération du creusement des inégalités, avec une justice à deux niveaux : immunité totale pour certains nantis, coercition maximale pour certains… et fin de l’indépendance de la justice, au profit d’un système exécutif dictatorial naissant.

Mardi, François Fillon, premier ministre, présente la contre-mesure de la taxe carbone, visant à ce que cette taxe ne coûte rien à personne !!! Comment nous faire croire une telle ineptie ? Comment une taxe ne peut pas en être une, de taxe ???

 

Plus précisément, il a précisé devant le groupe UMP de l’Assemblée Nationale qu’il y aurait une compensation complète pour les particuliers par une diminution de l'impôt sur le revenu pour ceux qui le payent et par un crédit d'impôt pour ceux qui ne le payent pas, la baisse de l’impôt sur le revenu devant être plus importante en milieu rural.
Nicolas Sarkozy a annoncé lui-même cette semaine cette mesure, fixant la taxe carbone à 17 euros par tonne de CO2 et la compensation sur l’impôt sur le revenu à 60 euros par personne en milieu rural, 45 euros par citadin, plus 10 euros par enfant à charge.

Hormis le fait que l’impact sur l’environnement reste à démontrer - vu qu’il n’y a notamment aucune mesure visant à financer la mise en place ou la recherche dans le domaine de l’énergie « verte » -, cette nouvelle mesure va inéluctablement creuser les inégalités.

 

Cela, bien entendu, a contrario de ce qui peut nous être dit… (propagande, quand tu nous tiens…)

 

En effet, est-ce que le propriétaire d’un gros 4x4 ou d’une voiture de sport va être affecté, en payant 4 centimes d’euros de plus, son litre d’essence ?

Le différentiel de 15 euros entre le citadin et la personne habitant en milieu rural est-il bien pertinent ? Pour un agriculteur, déjà souvent en difficulté économique réelle, cette nouvelle mesure est encore un coup de poignard dans le dos !

 

Et pendant ce temps-là, certains réalisent des bénéfices records (Total, mais pas seulement…), qui vont encore s’accentuer car ce sont encore les « grosses » entreprises qui vont profiter au mieux de la suppression annoncée de la taxe professionnelle… avec combien de nouvelles inégalités engendrées ?

Egalité ? Liberté ? Deux principes fondamentaux de la république française ! Deux principes incontournables de toute démocratie qui se respecte !

Il n’y a pas si longtemps, Jacques Chirac a dit « La démocratie, c’est l’égalité des droits, mais la République, c’est l’égalité des chances »… En ce moment nous perdons les deux…

Il est temps de nous motiver à réagir ! Il est temps de nous réveiller ! Car en perdant l’Egalité, nous perdons aussi la Liberté, la Justice et tant de valeurs pour lesquelles nous nous sommes battus pendant des siècles !!!

Condorcet le disait : « Il ne peut y avoir ni vraie liberté ni justice dans une société si l'égalité n'est pas réelle ». Chaque jour, chaque instant ne fait que confirmer ces propos… malheureusement…

Soyons conscients de cela. Il n’est pas trop tard mais le sera-t-il demain ? Réveilons-nous ! Agissons !

 

Michaël MANEN (Aimargues)

09 septembre 2009

À PROPOS DE DROITE & SARKOZYSME

C'est le titre du dernier billet de François VAN DE VILLE. Pourquoi le Mouvement Démocrate ne peut s'associer au sarkozysme ? Pourquoi cet appel au dialogue et au rassemblement de François BAYROU ? Après notre Unversité de rentrée.... Libres propos.

04 septembre 2009

ON VEUT NOTRE MORT

TRIBUNE LIBRE

 

Après la déroute électorale des élections européennes, qui eut pu prédire que, deux mois plus tard, le Modem soit au « centre » de bon nombre de conversations et de discours politiques? Notamment celles et ceux des universités d’été d’Europe Ecologie, du Parti Socialiste, mais pas seulement…

Quel phénomène nous permet cela, alors que nombreux étaient ceux qui nous avaient déjà enterrés le soir du 7 juin 2009 ? Sommes-nous le phénix renaissant -déjà !- de ses cendres ? Peut-être pas…

En effet, le Modem est certainement aujourd’hui le seul mouvement représentant  un courant de pensée, une idéologie spécifique basée sur des profondes valeurs traditionnelles, humanistes, éthiques et égalitaires. Ces 4 mots : « Tradition, Humanisme, Ethique et Egalité » nous rendent incontournables… et inenterrables ! Cela représente une force… mais nous ne nous en rendons peut-être pas compte et ne savons pas l’utiliser !!!

D’autres, en revanche, s’en sont rendus compte ! Ces 4 mots, ils ont compris qu’ils nous appartiennent aujourd’hui. Ils ont compris que ces 4 mots sont emprunts d’une telle puissance qu’ils ne pourront jamais les détruire… Il faut donc, pour eux, se les approprier ! Il faut que ces mots deviennent leurs… Il faut, tout simplement, nous vider de notre substantifique moelle…

La droite est pragmatique, la gauche est idéologique, mais nous, nous avons des valeurs


Le paysage politique est bipolaire, tout au moins c’est ce qu’on veut bien nous faire croire ! Mais l’alternance gauche-droite est bien basée sur ce cercle d’évolution des sentiments populaires : Le peuple a besoin de croire, a besoin d’idéologie : Il vote à gauche. Il est déçu quand il constate que les idéologies pour lesquelles il a voté ne peuvent que rester dans le domaine du rêve. Les réalisations ne sont que sporadiques au mieux, inexistantes dans la plupart des cas. Il vote donc à droite, la fameuse droite rassurante, tant elle est pragmatique ! Enfin du concret ! Finies les promesses non tenues ! … Mais après quelques mois ou années de tristesse et de multiples déceptions car la réalité économique - fil rouge de la politique de droite - est très souvent antinomique au bien-être, à l’espoir et au rêve que tout un chacun a besoin de ressentir et d’exprimer, que faire ? Souvent, il revote à gauche…

Il est parfois – souvent ? -  difficile de définir ce qu’est le Centre ! Et bien le Centre, il appert de la démonstration faite ci-avant qu’il s’agit justement de l’endroit qui se trouve ni à droite, ni à gauche, et qui associe pragmatisme et idéologie de façon adaptée, circonstanciée et modérée à de vraies valeurs humanistes, éthiques et égalitaires, de vraies valeurs modernes et actuelles, mais basées sur toute l’Histoire d’un peuple, d’une nation qui fait qu’encore aujourd’hui la France est le premier pays touristique du monde et que le modèle français est souvent cité en exemple partout sur Terre.

Et ces partis de gauche comme de droite l’ont bien compris. S’ils veulent durer dans le temps, s’ils veulent avoir les moyens de rester au pouvoir ou d’y accéder de façon pérenne, ils ont besoin aujourd’hui, et plus encore quand nous vivons une situation de crise, de s’appuyer sur ces valeurs… valeurs qui sont les nôtres, que nous défendons chaque jour, et sur lesquelles nous sommes tous en accord, de François Bayrou à chaque militant…

 

Les manœuvres politiques des partis au pouvoir, avec le consensus voire la complicité de plusieurs partis de gauche - ainsi que notre incapacité à déjouer ces manœuvres - a conduit à l’échec du 7 juin dernier. Néanmoins, cet échec électoral ne saurait remettre en cause nos valeurs, et ces 4 mots, « Tradition, Humanisme, Ethique et Egalité » , chacun a envie, dans son fort intérieur, de les voir portées au plus haut niveau de notre nation, qu’elles soient au centre des préoccupations quotidiennes du monde politique, et qu’aucun acte de la vie politique ne puisse les bafouer comme on le voit actuellement !

Non, nous ne sommes pas morts car ces valeurs nous les avons toujours ! Mais si quelqu’un nous les vole, se les approprie à nos dépends, nous ne pourrions nous en remettre car il sera toujours difficile d’expliquer au peuple le concept du Centrisme comme seul fondement de notre mouvement…

D’où les appels au pied de toute part pour nous « absorber », pas nous, en fait, mais nos valeurs…
D’où la communication désinformative à propos de notre soi-disant absence de programme, alors que nous avons certainement le programme le plus sensé qui soit, puisque s’appuyant sur ces valeurs-là !...

D’où le renfort des médias – que l’on sait à la solde de quelques nantis cherchant à mettre en exergue le modèle le plus inégalitaire qui soit - à nous associer « potentiellement » à tout et n’importe quel parti, de gauche, de droite ou d’ailleurs, qui ne fait qu’augmenter la confusion des esprits à notre propos…

Ce n’est pas notre mort qui les intéresse, nous n’avons pas assez d’importance à leurs yeux, ne nous leurrons pas ! Mais c’est l’appropriation de nos valeurs qui les intéresse… et si, par malheur ils parviennent à leurs fins, nous serons vidés de notre substantifique moelle et à ce moment-là, en effet, nous ne pourrons plus exister…

Alors, réveillons-nous ! Et appuyons-nous, appuyons nos discours, appuyons nos actes sur ces valeurs, sur ces 4 mots : « Tradition, Humanisme, Ethique et Egalité » et nous serons demain le seul mouvement crédible pour construire l’avenir de tout un chacun, en France et en Europe.

Michaël MANEN

30 août 2009

MODEM : VIVRE OU MOURIR

TRIBUNE LIBRE

 

Les temps sont durs pour les courants centristes. L'Alliance centriste est groupusculaire et inaudible. Le Nouveau Centre fait preuve d'une telle absence de courage politique qu'il est 100% transparent, buvant sa honte jusqu'à la lie : le voilà allié avec le MPF ce que refusait la Nouvelle UDF. Finalement, il y a plus de courage au sein de l'UMP, avec quelques voix originales qu'au Nouveau Centre. C'est un bien triste constat à faire. Reste le MoDem. De source autorisée, je crois comprendre que la ligne générale pour les prochaines régionales, c'est l'autonomie, au moins au premier tour, à peu près partout. Au second tour, dans certaines régions, il est possible qu'il y ait des accords.

 

C'est pourtant un chemin bien dangereux, mais en même temps nécessaire que nous prendrons ainsi. Le Nouveau Centre doit nous servir de contre-exemple. S'inféoder à un de deux partis majoritaires, c'est signer son arrêt de mort.

 

Le PS nous appelle à rejoindre la gauche. Désolé, nous ne sommes pas de gauche. Et nous ne soutiendrons pas le PS ni la gauche partout où elle se présente, parce que cette option ne nous intéresse pas. Nous pourrons nous accorder sur des majorités d'idée - peut-être - mais certainement pas sur des majorités de gauche.

 

Et en même temps, nous savons qu'à moins de 10%, nous sommes à la merci du bon vouloir d'éventuels alliés. Or, jamais nous ne sommes parvenus à franchir la barre des 10% dans une élection.

 

Les Régionales peuvent signer le glas de notre mouvement, nous devons en être conscients ; nous avons deux manières de mourir : par malnutrition (aucun élu) ou par absorption (mangés par le PS).

 

Finalement,tant au niveau des idées que de la tactique, ce qui aurait un sens, ce serait de faire alliance avec les Verts dans certaines régions, là où ils ne sont pas sectaires, évidemment. Le problème, c'est qu'en dehors de Cohn-Bendit (qui les a pourtant menés à la victoire) et de quelques verts assez ouverts, la majorité des membres de ce parti est fermée et braquée sur des positions frisant souvent celles de l'extrême-gauche dans bien des domaines. Ce n'est pourtant pas ce qu'attendent les Français, et les Verts ont pu le vérifier lors des élections précédentes. Les Français sont bien plus sensibles à une écologie pragmatique comme celle que prône Cohn-Bendit.

 

Ce qui serait heureux, pour des régionales, c'est un mariage entre le MoDem et les Verts qui le veulent bien : nous avons des électorats proches et des préoccupations écologiques très proches également. En outre, nous pesons des potentiels électoraux assez voisins. Ce serait donc une alliance équilibrée, sensée et logique.

 

Mais, très vraisemblablement, les Verts tiendront à aller seuls au premier tour, ce qui est assez logique, somme toute.

 

Dans tous les cas de figure, une chose est certaine : nous ne gagnerons pas si nous courons après les thématiques que développent les autres. A Paris, tous les partis ont voulu imiter Delanoë. Les Parisiens ont préféré l'original à la copie. Nul doute que la mode va être aux préoccupations écologiques lors des Régionales.

 

Il s'agira pour nous de ne pas chercher à emboîter le pas au landernau médiatique, mais bien de créer la surprise et la nouveauté, comme avait su le faire François Bayrou en 2007 avec par exemple la question de la dette.

 

Je crois profondément que c'est dans la qualité, la pertinence et l'originalité de notre programme que peut résider notre force, à condition de profiter des opportunités médiatiques qui nous seront données pour le mettre intelligemment en avant.

 

Nous gaspillons beaucoup d'énergie à parler de sa démocratie interne, de Sarkozy et de l'UMP ou encore de ses alliances. Il n'existe quasiment aucun travail programmatique à quelques exceptions près. Il faut dire que nos leaders ne montrent pas non plus l'exemple. Il y a eu le dictionnaire de Marielle, Vivre Autrement de Corinne Lepage, un abécédaire de Sylvie Goulard sur son blog, et puis plus rien. Heureusement que nous avons encore le programme présidentiel de François Bayrou et les propositions de Cap21 !

 

Il y a une très belle arborescence sur le wiki des commissions démocrates, mais c'est un arbre sans feuilles ni fruits à l'heure actuelle : les cases sont vides, les titres ne suffisent pas.

 

Nous serions donc très inspirés de nous mettre au travail sans tarder au lieu de consacrer une énergie considérable à nous tirer une balle dans le pied. Je constate, hélas, que c'est souvent là l'activité favorite des militants qui s'agitent sur la Toile, et qu'ils y prennent un plaisir que je qualiferais de pathologique, d'autant qu'il est en totale contradiction avec les valeurs qu'ils proclament. Et après, on accuse Nicolas Sarkozy de brasser du vent...

 

Il est grand temps de commencer à se remuer, notamment pour réagir aux difficultés des Français qui se foutent comme de l'an 40 de nos petits conflits de démocratie interne, et d'autre part pour déterminer ce que nous allons bien pouvoir leur dire et leur proposer lors des élections régionales.

 

Et nous avons intérêt à être percutants !

 

L'HÉRÉTIQUE

26 août 2009

LES MAUVAISES HABITUDES

TRIBUNE LIBRE

 

Il est étrange de constater combien le Mouvement Démocrate - dont certains croyaient déjà célébrer la mort - est au centre de tant de débats dans la plupart des diverses réunions politiques de cet été et sujet de tant de déchirements internes au sein des partis politiques. Une (r)évolution culturelle est bien en marche.

Invitée de son côté à participer, en sa qualité de Vice-Présidente du Mouvement Démocrate, à un forum interne du Parti Socialiste, Marielle De Sarnez a jeté, au travers d’une intervention au ton nouveau qui a surpris tout le monde, adhérents du MoDem compris, un véritable pavé dans la mare.

Sans juger du fond de cette intervention, je constate, une fois de plus, que ce virage qu’il implique s’est fait sans aucune consultation préalable des adhérents. Alors que le Mouvement est à quelques jours d’une université de rentrée qui doit réunir, pour en débattre, plusieurs milliers d’adhérents, et à peu de semaines d’une réunion nationale qui doit décider des orientations du Mouvement pour les échéances à venir.

Décidément, au Mouvement Démocrate, les mauvaises habitudes persistent. Démocrate, dites-vous ? Bizarre

 

François VAN DE VILLE

 

Post-scriptum :

 

À la suite de cet article, repris dans la presse nationale, un responsable du Parti Socialiste (ex-député) a adressé le message suivant à son auteur :

 

"Cher François,

"La difficulté du MODEM et de son leader réside dans le non choix de société.

 

Avec le temps, je crois toujours que le centre n'existe pas.

 

À gauche, comme à droite, il y a des histoires, des évolutions qui assurent une large palette d'engagements politiques.

 

Il faudra bien que le MODEM choisisse un jour son camp, la Droite ou la Gauche.

 

Cordialement."

 

RÉPONSE de François VAN DE VILLE à ce responsable socialiste :

"Certes, en géométrie, le centre n’est qu’un point virtuel.

 

En politique le centre doit être le point de rencontre des citoyens attachés aux valeurs de la République (qu’il nous faut aujourd’hui restaurer) et qui ne veulent ni d’un système libéral où l’homme (et particulièrement les plus démunis) est impitoyablement broyé, ni d’un autre non débarrassé encore des scories du stalinisme et qui broie tout autant par son étroite idéologie.

 

Le choix du MoDem, c’est de refuser d’admettre qu’il n’y a d’autre solution qu’entre ces deux systèmes, aussi détestables l’un que l’autre et qui s’appellent “droite” ou “gauche”.

 

Le MoDem n’a pas vocation d’être un parti mais un rassemblement de ces citoyens qui refusent ce duo complice.

 

La voie est étroite et inconfortable tant elle veut ignorer les chemins habituels hérités de décennies de tracés tout faits, mais que nous refusons de suivre désormais."

 

(Échange de correspondance parue sur Facebook le 26 Août 2009)

10 août 2009

QUAND UN VICOMTE....

TRIBUNE LIBRE

 

On connaissait bien la chanson : Jean Nohain en avait écrit les paroles, l’incomparable Mireille la musique et Maurice Chevalier en avait assuré l’immense succès. C’était en 1935....

villiers.jpg L’histoire est parfois un éternel recommencement. Un exemple ? “Le” vicomte actuel de France, survivance de siècles qu’on croyait révolus mais toujours présent en plein 21° - Mr Philippe De Villiers pour éviter toute confusion - bien connu pour avoir initié avec succès le spectacle du Puy du Fou, en assure l’illustration.

Une histoire de fous ! Jugez-en :

Chacun sait l’ardeur que manifestait notre vicomte dès lors que, à ses yeux, l’indépendance de la patrie était en jeu. Il avait même fondé un parti politique, non sans quelques éphémères succès - le "Mouvement pour la France" (MPF) - digne de la légende des chouans, se présentant à toutes les élections pour croiser le fer et clamer son acte de foi. Il s’élevait avec grandiloquence à chaque fois qu’il estimait le danger imminent. Un “blanc chevalier" digne de nos plus anciennes légendes à inspirer maints scénaristes de films à succès.

Il vouait - naturellement et fidèlement - les actuels dirigeants de l’UMP à toutes les gémonies...., et notamment son père fondateur : un certain Nicolas Sarkozy. Pensez donc : n’était-ce pas ce parti-là (et cet homme-là) qui ont fait adopter par un Parlement à leur entière dévotion le “traître” accord de Lisbonne, livrant la France à des mains supranationales. N’est-ce pas toujours les mêmes - UMP et Sarkozy - qui, récemment encore, ont fait réintégrer les armes françaises au sein de l’OTAN, donc chez les “étrangers” ! De quoi faire retourner dans leur tombe toutes les mânes des ancêtres de Mr De Villiers !

En grand démocrate qu’il est, Mr De Villiers a donc convoqué le “Comité National” de son parti. Et d’expliquer à ses dirigeants et militants qu’il fallait désormais balayer toutes ces réticences, qu’il fallait rallier désormais l’UMP au sein d’un “comité de liaison” ad hoc où il ne côtoierait désormais que du "beau linge" : l’ex-socialiste Besson, le "traître" (ex-UDF) Morin, et bien d’autres renégats de tout poil de la patrie qui n’ont eu de cesse de livrer la France aux “étrangers”.

Les membres de ce Comité, convoqués donc par leur vicomte, n’en sont toujours pas revenus. Mieux : ils ont ensuite appris qu’ils avaient voté ce retournement de “cape et d’épée”.... à l’unanimité. Petit détail gênant quand même : le vicomte, à son école particulière de la démocratie, s’est bien gardé de faire voter quoique ce soit par qui que ce soit. C’est çà l’unanimité à la mode de l’ancien régime ! Et maintenant, “silence dans les rangs !” : on coupera la tête des récalcitrants éventuels (1789 et ses guillotines de la Terreur ont quand même laissé quelques traces chez ces gens-là !).

Voici donc notre vicomte  “souverainiste” du Puy du Fou gagnant les rivages rutilants de cette majorité - qu’hier encore il maudissait - et les subsides les accompagnant : il est vrai que depuis les récents déboires électoraux, notre vicomte a sa cassette un peu vide.


Et tout ceci pendant qu’un autre “souverainiste” - Mr Dupont-Aignan - a quitté de son côté ces mêmes rivages de l'UMP, avec son parti “Debout la France” (peut-être que là on se couche moins facilement ?): il n’en est pas encore revenu et se frotte les mains de l’aubaine que lui offre le vicomte du Puy du Fou. Un boulevard pour carrosses !

Tout ceci s’est passé en été, en plein week-end où les “juilletistes” croisaient sur le chemin du retour les “aoûtiens” partant prendre leurs places encore bien chaudes.

La politique, çà peut être aussi çà : les places laissées libres par les uns sont vite occupées par d’autres amateurs d’agapes qu’ils espèrent bien juteuses. Par ici la bonne soupe !

On ne s’ennuie pas trop pendant les vacances des français.

P.S. : Dernière minute : il paraît, selon la presse, que Mr De Villiers, en vraie nouvelle vedette de la politique, a reçu à son tour un courrier un peu "particulier" accompagné.... d’une balle de 9 m/m. Promis-juré : je ne suis pas l’expéditeur de cet envoi si généreux ! Qu’on se le dise....

 

François VAN DE VILLE

05 août 2009

LA RÉFORME ÉLECTORALE ET L'ARTICLE 4

TRIBUNE LIBRE

 

Le gouvernement s’apprête à réformer en profondeur la carte électorale : certains départements dont la population s’est accrue verront le nombre de leurs députés épouser cette tendance, et, inversement, ceux dont la population accuse un déficit démographique seront amputés d’un ou plusieurs sièges.

Quoiqu’on ne puisse éluder qu’il y ait dans cette “cuisine” quelques arrière-pensées électorales manipulatrices - comment y échapper totalement ? - une fois de plus on reste dans les demi-mesures : aucune réforme en profondeur de notre système électoral n’est envisagée.

Et pourtant....

Quand, par exemple, on voit un parti politique ultra-groupusculaire - le Nouveau Centre - qui n’a jamais jamais recueilli, au mieux des scrutins, qu’un peu moins de 2% des suffrages exprimés, mais peut s’enorgueillir cependant de compter aujourd’hui un peu plus de 20 députés à l’Assemblée Nationale, et qu’un autre parti “cousin” - le Mouvement Démocrate - qui, même dans les moins bons scrutins pour lui, a récolté 4 fois plus de suffrages.... mais ne s’est vu attribuer que 3 sièges de députés, on ne peut pas dire que nous sommes dans un système réellement démocratique. C’est même une honteuse caricature !

 

La Constitution devrait pourtant éviter de tels excès : il suffit simplement, pour çà, qu’elle soit appliquée. Dans son article 4 voté lors de la révision de Janvier dernier, la Constitution précise désormais que le scrutin doit assurer "une représentation équitable" des différents groupes politiques. Voilà : c'est dit, c’est clair, c’est tout.

Il suffit donc d’appliquer la Loi telle qu’amendée, notamment dans cette réforme voulue en Janvier 2009.

Il n’est pas concevable d’introduire, pour autant, un scrutin à la proportionnelle intégrale : ce serait le retour au régime des partis, des combinaisons et petits arrangement “entr’amis”, la recherche de majorités introuvables où ce serait finalement des partis minuscules qui, par leurs appoints, constitueraient et dicteraient ces majorités. Il suffit de regarder d’ailleurs ce qui se passe là où de tels systèmes sont en application : en Israël, par exemple, on aboutit au système le plus antidémocratique concevable, passé sous les fourches de minorités extrémistes qui ne représentent qu'elles-mêmes.

Comment faire donc ?

L’exemple du système adopté par l’Allemagne devrait pourtant pouvoir inspirer nos législateurs : tout en maintenant le système majoritaire, il y est introduit parallèlement une dose de proportionnelle. C’est ce que proposait d’ailleurs François BAYROU lors de la campagne de 2007.

Le gouvernement aurait donc pu saisir l'occasion de cette réforme de la carte électorale pour rendre - enfin ! - “équitables” (par simple application légale de l'article 4 de la Constitution révisée) nos futures représentations nationales. Mais rien ne se fait.

Retailler donc les circonscriptions en fonction des évolutions démographiques est une nécessité légale : mais il y a aussi la manière de le faire. Là, il est évident que les propositions adoptées ne désavantageront pas le parti au pouvoir... Une façon de faire qui n'est d'ailleurs pas propre à ce gouvernement. Mais, surtout, on veille à garder jalousement un système inique qui réussit si bien à conforter l’actuelle majorité hyper-dominatrice de l’UMP.

Rien ne change, donc : on continue comme avant....

 

François VAN DE VILLE

À LA CROISÉE DES CHEMINS

TRIBUNE LIBRE

 

La rentrée politique sera remplie pour les formations politiques qui se réclament du Centre ou qui se positionnent au centre de la vie politique. Elles vont devoir préparer les prochaines échéances politiques dont les élections régionales de 2010 avec l’idée de se compter pour exister, exercice périlleux pour la plupart d’entre elles et qui aura certainement des répercussions sur leur devenir à court et moyen terme.

 

Que le Mouvement Démocrate fasse à nouveau un mauvais résultat et ses chances de peser sur la vie politique et de concourir pour la victoire aux présidentielles pourraient s’évanouir pour un temps indéterminé. Que le Nouveau Centre ne parvienne pas à percer électoralement (encore faut-il qu’il se présente à une élection!) et son existence sera remise en question, en tout cas sa réelle indépendance politique vis-à-vis de l’UMP et, à terme, sa fusion avec elle sera sa seule alternative à moins qu’un puissant mouvement de réunification centriste l’oblige à s’y raccrocher. Que l’Alliance Centriste fasse de la figuration lors des régionales, alors sa volonté – et son but – de regrouper rapidement toute la famille centriste sous une même bannière confédérale sera plus difficile que prévu, voire remise à des jours meilleurs. Que le Parti Radical continue à se fondre totalement dans l’UMP sans la moindre originalité et sa crédibilité comme parti indépendant et parti le plus vieux de France (mais les partis meurent aussi!) sera largement entamée malgré les circonvolutions écologiques de son président. Que les Radicaux de gauche n’aillent pas, une nouvelle fois, à la bataille électorale comme pour les Européennes et le radicalisme progressif et social se verra en danger de disparition définitive, ne parvenant pas à trouver sa place entre un centrisme de gauche du Mouvement Démocrate et une gauche modérée du Parti Socialiste.

 

Mais, avant ces élections, il va falloir exister pour que les citoyens, une fois devenus électeurs, votent pour les partis qui se positionnent au centre. Ainsi, le Mouvement Démocrate va devoir devenir une force de proposition et non une force d’opposition systématique et de dénigrement. Le Nouveau Centre doit montrer qu’il a une dynamique propre qui justifie son existence et non un suivisme où quelques gestes de mauvaises humeurs face aux comportements hégémoniques de l’UMP ne font pas une politique. L’Alliance Centriste va devoir préciser ses idées et montrer ses capacités de rassemblement par des comportements et des gestes forts alors que les portes se refermeront d’abord avant de s’ouvrir si le parti n’est pas un feu de paille. Quant aux radicaux, ils vont devoir choisir entre n’être plus que des témoins d’un passé glorieux qui ne veut pas s’éteindre mais qui n’est plus capable d’inspirer la vie politique française et un vrai aggiornamento qui ne peut passer que par une réunification où chacun apportera le meilleur de son camp.

 

Oui, la rentrée sera sans doute agitée pour les partis centristes. Mais c’est sans doute le seul moyen de faire comprendre à leurs dirigeants qu’ils ont devant eux un pays sociologiquement au centre mais loin de l’être politiquement…

 

Jean-Louis POMMERY

Directeur des études du CREC

17 juillet 2009

À PROPOS DES NOUVEAUX DISCOURS

François VAN DE VILLE a édité un nouveau billet "À propos des nouveaux discours".

 

Il y aborde le nouveau "tête-à-queue" du discours présidentiel, l'atonie du Parti Socialiste, puis le "doute" actuel du Mouvement Démocrate autour de François BAYROU.

 

Un sujet de réflexion

 

(Ce même billet est aussi accessible sur le site d'AgoraVox, sous le lien :)

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/a-propos-des-nouveaux-discours-58984

30 juin 2009

ANALYSE ET CONSÉQUENCES D'UN SCRUTIN

TRIBUNE LIBRE


Analyse et conséquences des élections européennes

sur le Mouvement Démocrate

à l’attention du Mouvement National et celui Gardois

 

par Samuel SERRE

Vice-Président du Mouvement Démocrate du GARD

Membre de la Conférence Nationale

Conseiller Municipal de St Gilles


Quelques problèmes de santé m’ont empêché d’assister à la réunion du 24 juin à Uzès pour partager nos avis sur le constat des élections européennes. Toutefois, je profite du miracle de l’informatique pour vous soumettre mes impressions.

Ce texte peut déplaire à certains mais sa vocation est d’être avant tout un dernier appel à l’union et au respect de nos instances.

Ces élections, reconnaissons-le, bien lointaines des considérations des Français, ont eu un avantage certain : celui de déterminer, en fonction des résultats, la "base militante et sympathisante" actuelle de chaque parti politique.

Car, ne nous le cachons pas, la très grande majorité des voix provient de ceux qui sont plus ou moins concernés par la politique, celle de ceux qu’on peut appeler la "base électorale" des partis : car seulement un français sur 6 est allé voter.

L’UMP a donc une base électorale à 28%, le PS à 16% et le Mouvement Démocrate (arrêtons de parler de Modem s’il vous plait, un peu de respect et pour ne parler que de ces 3 partis), à 8,5 %.

Le vote vert est un effet d’aubaine qu’il ne faut surtout pas considérer tel quel, l’écologie, pardon, le développement durable, n’est en rien une idée politique : il est une nécessité que chaque mouvement politique doit reprendre, d’autant plus aujourd’hui que cette question touche le portefeuille de français. Mais bon, relativisons, ils ne font que 16% de 40% des électeurs, et ils ont tous voté car eux ont su mobiliser leur camp. Ce phénomène devrait donc s’estomper si les grands partis reprennent correctement, c'est-à-dire avec des propositions, la question du développement durable, et si l’on tient compte que les prochains scrutins seront beaucoup plus locaux.

Nous avons donc au Mouvement Démocrate, une base électorale solide de 8,5 %. En restant objectif, pour un parti qui vient de se créer, qui n’est pas encore vraiment organisé et qui ne repose que sur un seul homme, ce n’est pas trop mal. Beaucoup souhaiterait partir avec un tel capital pour des élections nationales ou locales. Vous ne pensez pas…. ?

Mais il est vrai que nous aurions pu espérer plus, que la plupart d’entre nous pensait faire plus. Eh bien non : alors aujourd’hui tout le monde se demande pourquoi. L’heure des comptes a sonné et on voit ressurgir également, alors que nous devrions être dans une phase de reconstruction et de pansements, l’heure des vindictes personnelles, histoire d’un peu plus nous rendre ridicules.

Certains scindent notre score national de notre score local. Quel intérêt à cela ; le score est identique ! Je me répète, nous n’avons pas reçu une sanction locale, ces élections ne le permettent pas, mais bien une sanction nationale par les électeurs, enfin, 40% d’entre eux…

Les causes de cette sanction ?

Eh bien, elles commencent à être plus ou moins claires pour tous aujourd’hui....

 

La lecture de la suite de la "Tribune Libre" de Samuel SERRE est réservée aux seuls adhérents du Mouvement Démocrate du GARD et aux cadres nationaux autorisés du Mouvement.

Elle est accessible sur le site "Intra-Modem 30" à l'aide de l'identifiant et du mot de passe que nos adhérents ont reçus.

Pour le cas où l'un ou l'autre en seraient démunis ou les auraient égarés, il est possible d'en obtenir l'attribution en formulant la demande sur l'adresse mail du Mouvement Démocrate du Gard en indiquant votre adresse mail. L'envoi vous en sera fait dans le plus court délai.