Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 octobre 2020

CETTE LUMIÈRE DU SAVOIR QU’ILS NE POURRONT ÉTEINDRE

TRIBUNE LIBRE

de Julien LÉCUYER

obscurantisme.jpg - La barbarie à l’œuvre, ce vendredi 16 Octobre, rappelle que le savoir, parce qu'il est un outil d’émancipation, est l’ennemi des obscurantistes. Il nous appartient donc de le défendre.
 
Le dégoût... La nausée... Une éclipse de l’humanité... La tristesse se mêle à la colère...

Le drame qui s’est noué à Conflans-Sainte-Honorine emporte dans la tombe la richesse du savoir, une vie détruite par l’ignorance crasse du radicalisme, probablement ici islamiste.

Aujourd’hui, cependant, sonnera l’heure des interprétations douteuses et des récupérations politiques. Méfions-nous-en comme de la peste. Les simplifications, comme toute brutalité, seront utilisées par ces mêmes ennemis de notre démocratie qui tuent artistes, soldats et, désormais, les professeurs.

Aujourd’hui, plus que tout autre jour, nous devons être aux côtés de nos enseignants. Ces hussards noirs de la République qui portent l’arme de la connaissance dans la plaie de l’obscurantisme. Ce professeur assassiné aurait peut-être (?) usé des caricatures de Mahomet pour illustrer un cours sur la liberté d’expression. En cela, il œuvrait pour cette chère "laïcité" à la française qui invite à regarder la religion à hauteur d’homme. Il participait à la construction de la conscience critique des enfants, œuvre sublime de civilisation. Mais, pour tout cela, il devenait "coupable".

Mais peut-être aussi cela exigerait un regard plus exigeant sur le sens profond du mot "laïcité" dont le temps finit d'en faire une sorte de fourre-tout de nombreuses interprétations les plus diverses qui peuvent en faire perdre son vrai sens : il faut revenir au texte initial de la Loi et ne pas s'en éloigner au risque de heurter inutilement certaines sensibilités. Mais c'est là un autre sujet.

Il reviendra donc à l’enquête de déterminer le profil du meurtrier : loup solitaire échappant aux radars ? Fiché "S" oublié ? Psychotique ? Qu’importe en réalité !

Il appartient à la Nation française, au-delà de montrer son unité, d’affronter le mal. Cela passe sans nul doute par la poursuite de la mission à laquelle cet enseignant a offert sa vie : instiller dans chaque veine juvénile l’amour de la hauteur, la joie de la mise en perspective, l’enthousiasme des valeurs de liberté que la caricature transporte. Mais cela implique aussi de protéger nos émissaires, qu’ils soient à la guerre ou, désormais, en classe.

Nul projet de loi ne saurait assurer à lui seul cette tâche. Les fronts sont en effet ouverts partout : dans les ténèbres de la pensée de quelques fous, dans les mots d’un prêcheur radical, dans les vertiges d’un Internet devenu nauséabond, dans les halls d’immeubles trop longtemps abandonnés, dans les quartiers laissés pour compte : oui, les fronts sont partout!

Le combat ne fait que commencer pour que la lumière du savoir ne s'éteigne jamais. Et nous devons tous en être les combattants, vigilants et ardents.

16 octobre 2020

LA FRANCE ET LES DROITS DE L'HOMME

TRIBUNE LIBRE

d' Éric DUSSART

droits.jpg- Élue de nouveau au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU,  la France a été interpellée presqu'aussitôt sur la timidité de ses positions en la matière. Surprenant !

Le Président Macron s’est cependant félicité, tout récemment, du retour de la France au sein de ce Conseil de l'ONU pour un nouveau mandat de trois ans, lequel pourrait naturellement couler de source pour notre pays qui se voit en berceau des Droits de l’Homme depuis 1789. Mais d’autres membres de l’ONU, et surtout plusieurs ONG, nuancent cependant notre pays de critiques ciblées.

Le représentant des "Human Rights Watch" à l’ONU pointe le peu d’entrain de Paris à se joindre à la mission proposée par les Pays-Bas, la Finlande et la Suisse sur les violations commises en Libye par toutes les parties. Il rappelle le soutien français au général Haftar, lequel refuse toujours de livrer son bras droit, Mahmoud Al-Werfalli, visé par un mandat d’arrêt pour crimes de guerre.

Paris est également montré du doigt pour son silence persistant au sujet du traitement infligé par la Chine aux Ouïghours, comme aux autres minorités du Xinjiang, ainsi qu’à propos de la nouvelle "législation relative à la sécurité nationale" qui compromet l'avenir même de Hong Kong. La signature française, intervenue en juin, à la motion britannique est estimée très tardive, voire même un peu contrainte.

De même, encore plus récemment pour la motion présentée par le Danemark au sujet d’un rapport faisant état de tortures, de détentions arbitraires, de disparitions forcées, entre autres, en Arabie Saoudite. Ainsi, par ailleurs, d’une demande de transparence sur l’épouvantable meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Là encore, le soutien français est estimé "timide".

On parle encore du Yémen où la France y est suspectée de fournir des armes, comme sur d’autres théâtres de guerre, souhaitant qu’elle ne revienne pas au Conseil pour rester à la traîne des autres pays européens.

Emmanuel Macron a promis cependant que "la France fera entendre sa voix humaniste, féministe et progressiste" et "débarrassée de toute considération étrangère aux Droits de l’Homme".

On jugera sur les faits, et non seulement sur des déclarations d'intentions.

30 septembre 2020

LES SÉNATORIALES.... et après ?

politique,mouvement démocrateSeulement 9 voix séparent la liste de droite et du centre réunis à l'occasion des sénatoriales dans le Gard du 27 Septembre dernier, face à celle socialo-communiste et consorts.

La marge d'écart est très étroite et force à la réflexion.

Certes le tandem Lopez/Burgoa avait des atouts grâce à la forte personnalité de ces 2 candidats bien établis et ce fût tant mieux pour eux. Mais est-ce bien une explication suffisante ?

Oui, on peut s'interroger sur ce qu'aurait été le résultat si cette liste droite/centre n'avait pas reçu l'appui d'une grande part de l'électorat centriste, même si ce dernier a figuré aussi - et de façon honorable - sur l'autre liste centriste indépendante de Mr Cardènes (ex-Président du MoDem du Gard).

Au travers de cette élection, la preuve est établie que la droite ne peut toujours pas gagner seule une élection si elle n'a pas l'appui de l'électorat centriste. Ceci est incontestable.

Cependant, curieusement et sur un tout autre plan, la Ville de Nîmes a une spécificité particulière : sa municipalité s'évertue toujours à chasser les centristes de ses rangs et ce avec une ténacité constante. Le duel Fournier/Lachaud n'était qu'un épisode entre deux fortes personnalités que l'espace de générations séparait durablement. On aurait pu croire que cet épisode allait se refermer de lui-même après le résultat des municipales de Juillet. Mais il n'en est rien : le duel entre les élus municipaux LR, réunis autour de Mr Fournier, se poursuit aujourd'hui âprement de la même façon entre ce groupe et les représentants des différents courants centristes. Nul ne peut le nier. Oubliée déjà l'élection sénatoriale à peine le résultat proclamé : on menace, on brandit et on élabore déjà des stratégies d'élimination des élus centristes en place pour les élections des mois à suivre.

C'est étonnant de consternation.

Il faudra pourtant bien qu'un jour raison revienne face à ces combats d'un autre âge qui, s'ils devaient perdurer, mènerait fatalement à la chute de la droite nîmoise au profit des extrêmismes de tous bords, toujours aux aguets.

Évidemment, cela demandera à certains de ces combattants d'arrière-garde - peut-être atteints aussi de cécité - d'avaler péniblement leurs orgueilleux manches à balai. Mais ce sera pour eux la seule condition s'ils ne veulent pas être balayés eux-mêmes par les courants qui tourbillonnent dans les travées du pouvoir, ici à Nîmes comme partout ailleurs. Cette élection tendue en est la démonstration indiscutable. Malheur à ceux qui n'en prendraient pas rapidement conscience.

À quand ceux-là raisonneront-ils un peu au-delà de leurs étroites certitudes et feront, enfin, face aux réalités ?

François VAN DE VILLE

24 septembre 2020

YVAN LACHAUD S'EXPLIQUE SUR SA GESTION DE NÎMES MÉTROPOLE

Vidéo parue sur Objectif Gard le 23 Septembre 2020.

Le lien :

https://www.objectifgard.com/2020/09/23/le-7h50-video-yvan-lachaud-le-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-est-bon-ca-les-derange/

25 juillet 2020

L'ANCIEN MONDE FAIT DE LA RÉSISTANCE

TRIBUNE LIBRE d' Éric DUSSART

gauche-droite.jpgSelon un sondage réalisé par l’IFOP pour "Le Point", la gauche serait "dans les choux" et les sympathisants "LREM" de 2017 se "droitiseraient".

C’est pourtant un exercice assez ancien auquel on ne prête pas toujours grande attention, tant ses résultats n’évoluent généralement qu’à la marge. Il s’agit de demander à un échantillon représentatif de la population française de se positionner sur une échelle de dix, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite. Le chiffre cinq correspondant donc au centre.

Surprise, cette fois-ci : il existe un vrai glissement de cette opinion vers la droite. 39 % des Français se situeraient au-delà du chiffre 6, soit une augmentation de cinq points, par rapport à l’an dernier. Au passage, on note qu’ils sont maintenant 11 % à se situer sur le chiffre 9 – très à droite, donc – alors qu’ils n’étaient que 4 % en 2017.

Jérôme Fourquet, Directeur du département opinion de l’IFOP, évoque en guise d’explication «l’actualité récente autour des questions de sécurité», mais prévient que cela ne suffit pas à expliquer ce phénomène. « Il faut aussi prendre en compte le vieillissement démographique du corps électoral ou l’érosion lente du bloc centriste, exceptionnellement élevé depuis la dernière présidentielle».

La preuve ? Si 32 % des Français se situent au centre, c’est un recul de six points par rapport à 2017. Globalement, les électeurs "LREM" ont glissé de plus d’un point vers la droite : ils se situent en moyenne à 6,7 sur cette échelle, contre 5,6 en 2017.

Commentaire de Jérôme Fourquet : «Lorsqu’Emmanuel Macron a constaté que la droite, en dépit de l’affaire Fillon, avait résisté en obtenant cent députés, elle est devenue le camp à fracturer. D’où l’enchaînement de nominations et de choix politiques».

Quant à la gauche, elle recule à 13 %.

Mais l’un des enseignements soulignés par Jérôme Fourquet est que «le clivage gauche-droite, porté disparu après la dernière élection présidentielle, se porte à nouveau très bien». Comme il dit, «l'ancien monde fait de la résistance».

03 juillet 2020

APRÈS LA DÉSERTIFICATION ÉLECTORALE DU 28 JUIN 2020

L'élection du 28 Juin 2020 étant désormais derrière nous, avec le triste constat de la désertification de l'électorat - à Nîmes, Mr Jean-Paul Fournier n'a été réélu Maire qu'avec 13,24% des inscrits, soit le plus faible score historique pour une élection locale - des journalistes sont maintenant libérés des contraintes administratives en cours pendant la campagne électorale et leur plume peut désormais exprimer leur vision des choses.

"La Gazette de Nîmes", dans son édition du 2 Juillet, et sous la plume de François Wiart, a livré son éclairage sur les conditions de cette élection hors normes. Et son rappel des faits, hors les quolibets d'usage assortis de mensonges outranciers, ne manque pas d'intérêt.

Voici donc son analyse. Il ne nous appartient pas de la commenter. Vous en jugerez vous-mêmes.

Gazette-2:7(1:2)001.jpg

Gazette-2:7(2:2)002.jpg

21 juin 2020

CE QUE J'AI FAIT À L'AGGLO, NOUS LE FERONS À LA VILLE

NEM+E-Agglo-1:2.jpg

NEM+E-Agglo-2:2.jpg

19 juin 2020

Municipales de NÎMES : RELEVER LES DÉFIS

NEM+E-Urg.1:2.jpg

NEM+E-Urg.2:2.jpg

27 mai 2020

L'AUTRE DÉFI DU PARI EUROPÉEN

Billet de François VAN DE VILLE

Merkel-macron.jpg- Voici quelques jours, fort nombreux sont ceux qui ont salué avec enthousiasme l'accord conclu entre la chancelière allemande - Mme Merkel - et le Président Macron. Ils ont eu raison car cet accord a peut-être sauvé notre Europe commune, du moins celle imaginée par les textes fondateurs, alors que les réticences précédentes et sans faille de Mme Merkel ne cessaient d'en retarder l'ambition.

En fait, cette initiative, un peu tardive hélas, des 2 principaux dirigeants européens prévoit un transfert de richesses - 500 milliards d'€ - et davantage de compétences pour sauver l'UE d'une mort possible, même si encore fort improbable.

Ces 500 M€ seraient donc destinés aux régions et aux secteurs de l'UE les plus touchés par le Covid-19, et ils seraient supportés par l'ensemble des pays membres : ce serait la naissance ET d'une Europe de la Santé, ET d'une Europe des transitions écologiques et numériques, ET encore d'une Europe ouverte sur le monde, mais moins naïve et plus pragmatique face aux hégémonies naissantes d'un peu partout.

"Un sacré programme" ont écrit des observateurs.

Oui, l'Europe était donc devenue vulnérable : elle subissait des pressions considérables, pressions venues d'états-continents qui ne voulaient surtout pas d'une Union Européenne puissante. Et il n'y avait pas que Mr Trump pour s'y opposer avec la virulence de ses sautes d'humeur.

Les propositions avancées communément par la France et l'Allemagne sont donc des réponses directes aux menaces de ceux-là. Et, issues de l'intérieur même de l'Europe elle-même, elles font aussi face à certains gouvernements européens qui cèdent facilement aux sirènes nationalistes. On les connait tous : ce sont toujours les quelques mêmes. Peu importe !

Il fallait aussi veiller à ce que les pays du Nord ne laissent pas ceux du Sud sombrer sous peine de voir ceux-ci tomber ensuite - et eux aussi - entre les mains d'autres démagogues qui ne cherchent, eux, qu'à fermer les portes.

Notre continent européen ne peut pas non plus davantage dépendre des chinois, ou encore des indiens, pour équiper, par exemple, ses propres populations de masques quand il en a besoin, ou nous fournir constamment en médicaments, même ceux de base les plus courants de nos armoires à pharmacie. Notre continent ne peut non plus demeurer ce "nain" numérique dominé par les États-Unis aux humeurs devenues aussi fantasques de par le fait de ses présidents de passage. Enfin, l'Europe doit aussi se protéger des distorsions de marché créées par des nations récemment émergées et prenant soudainement place dans les relations économiques.

Tout cela est donc fort bien pensé et bien répondu par nos deux dirigeants, enfin réunis dans un même projet ambitieux et homogène.

MAIS…. Oui il y a aussi des "mais"….

Il reste maintenant à persuader les autres états de l'UE de la pertinence des propositions franco-allemandes. Et là, la partie n'est pas la plus facile : même certaines réticences naissent aujourd'hui au sein de l'État Fédéral allemand lui-même, pas seulement pour des raisons constitutionnelles (où les règles du fédéralisme peuvent être ressenties comme bousculées par la prédominance des lois européennes sur celles fédérales), mais aussi face à une certaine éthique économique des populations allemandes pour lesquelles celle-ci prime toujours sur toute autre facilité financière. Et surtout quand cette facilité est accordée au bénéfice d'états régulièrement trop dépensiers. Et là, le regard se tourne aussitôt vers notre hexagone français, perpétuellement déficitaire depuis le septennat du vertueux Giscard d'Estaing ! Voici bientôt 40 ans de cela.

Dure équation à laquelle la France va devoir faire face alors que, d'ici peu, des centaines de milliers d'emplois vont disparaître dans notre hexagone, entraînant de possibles autres désordres ou exigences en surplus de celles déjà accordées.

Un autre pari à gagner : il n'est pas le plus simple. Mais il faudra bien l'affronter si nous voulons continuer à exister face à un monde qui change dans ses profondeurs et comme dans ses exigences.

21 avril 2020

DONALD TRUMP, LE MÉDIOCRE....

TRIBUNE LIBRE

de Jean-Michel BRETONNIER

Trump.jpg.... SANS AUTRE HORIZON

QUE LUI-MÊME

- La grande escroquerie des populistes est de faire croire qu’ils ne font pas de politique, alors qu’ils en déclinent la part la plus médiocre. C'est le cas du locataire actuel de la Maison Blanche.

Au risque d’attiser les passions et de déclencher les pires violences, Donald Trump n’hésite pas à soutenir ouvertement et d'encourager les manifestants « anti-confinements » du Michigan, du Minnesota et de Virginie contre le confinement, les appelant à leur « libération » et les incitant même l'usage des armes pour obliger leurs gouverneurs - à majorité démocrate, évidemment ! - à retirer toute mesure de confinement.

Stupéfiant !

Plutôt que d’informer, plutôt que d’expliquer sa politique - encore faut-il qu’il en eût une ! - plutôt que de rassembler, Mr Trump choisit, au plus fort d’une crise sanitaire aiguë et au début d’une crise sociale historique, de jeter de l’huile sur le feu.

Ces trois États sont évidemment particulièrement visés pour des raisons purement électorales : leurs votes seront décisifs lors de la présidentielle de novembre prochain. Et Trump ne l'ignore pas et n'hésitera pas, si nécessaire, à y faire couler le sang pour arriver à ses fins.

Trump, prétendument élu pour renverser un vieux système « corrompu » au nom d’un peuple « méprisé », ne fait, depuis le premier jour et à toute heure, que de la politique, et de la pire des manières. C’est le paradoxe, ou plutôt la grande escroquerie du populisme.

Ce mouvement des anti-confinements se nourrit d’une crise – véritable – de la politique dans nombre de démocraties : des démagogues apparaissent qui promettent de ne plus « faire de politique » et de ne gouverner « qu'au nom du peuple », eux seuls, évidemment, prétendant avoir compris ses aspirations et qu'ils seraient capables de les concrétiser.

Trump, ce populiste élu aussi sur des promesses contradictoires et des slogans, et en absence totale de tout programme cohérent long terme, s'est condamné lui-même à ne gouverner qu'à vue, et à coups de promesses et de slogans. C’est, aux USA, une campagne électorale perpétuelle qui ne s’arrête jamais.

Et, comme le faisait déjà le candidat pendant sa campagne, Trump ne cesse de fédérer son camp que contre le camp adverse. Trump ne s’est jamais voulu le Président de tous les Américains : il ne peut exister qu’en opposant une Amérique à une autre.

En croyant rompre avec « les politiciens », les électeurs américains ont porté à la tête du pays un homme qui ne gouverne qu'à la godille, sans autre but que sa réélection et sans autre horizon que lui-même.

Pauvres Américains, pauvre Amérique. Et pauvres de nous-mêmes d'avoir de tels interlocuteurs pour conduire nos nations.