Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 janvier 2021

MARIELLE de SARNEZ n'est plus

Sarnez 1.jpg- Marielle Lebel de Sarnez, ex-Députée Européenne (1999-2017), ex-Ministre des Affaires Européennes (2017), ex-Conseillère de Paris (2001-2010 & 2014-2020), Députée de Paris (2017-2021), Présidente de la Commission des Affaires Étrangères (2017-2021), est décédée ce 13 Janvier 2021 à l'âge de 69 ans face à une leucémie foudroyante.

Soutien de la candidature de Valéry Giscard d'Estaing (1974), membre du Parti Républicain, co-fondatrice de l'UDF (1978) puis sa Vice-Présidente, co-fondatrice du Mouvement Démocrate (MoDem) puis sa 1ère Vice-Présidente, soutien de la candidature d'Alain Juppé (2016), Marielle de Sarnez est toujours restée, au travers de ses différents mandats, la plus proche collaboratrice de François Bayrou.

Sarnez-VGE.jpgFemme de grande conviction, européenne ardente, parfois quelque peu rude dans ses expressions, elle a toujours exercé par son intelligence une grande influence dans les grandes décisions européennes, y compris celles aussi de François Bayrou, n'hésitant pas, parfois, jusqu'à s'opposer à lui pour le convaincre - in fine - dans ses choix ou expressions publiques définitives.

Sa disparition est une très grande perte pour nous tous et la famille centriste en général.

Le Mouvement Démocrate s'incline avec respect devant cette brutale disparition, laquelle suit, hélas, de très peu celle du Président Valéry Giscard d'Estaing, inspirateur initial de notre famille politique dont elle a été l'une de ses chevilles ouvrières.

Nous présentons nos condoléances à sa famille et à ses proches collaborateurs.

10 janvier 2021

DONALD TRUMP ET LA DÉMOCRATIE

TRIBUNE LIBRE

de Jean-Michel BRETONNIER

et François VAN DE VILLE

demo.jpg- En trustant autant de tares morales et d’insuffisances, Donald Trump aura quand même eu le mérite de réhabiliter le rôle de l’incarnation en politique.

Le "trumpisme" n’aurait guère été possible sans la vague de démagogie, de nationalisme et d’autoritarisme qui balaie le monde, ni davantage sans la radicalisation politique et religieuse en cours aux États-Unis. Mais tout ceci n’existerait pas sans Donald Trump.

Cette évidence doit être rappelée quand certains refusent l’approche psychologique de la catastrophe électorale de 2016. Car l'élection de Trump en 2016 fut bien une catastrophe. Comme si la politique n’était que la seule résultante de forces économiques et sociales. Comme si son incarnation ne comptait pas. Comme si nous étions prêts à nous laisser gouverner par une super intelligence artificielle.

La moitié des électeurs américains avaient en effet, après le Président Barack Obama, porté à leur tête cet homme-là, et pas un autre. Doté d’une personnalité foncièrement perverse, la plupart de ses décisions ne pouvaient être que nuisibles. Et elles le furent à chaque rendez-vous qui ont suivi.

En reprochant aujourd'hui à ses soutiens "d’avoir sali la démocratie" immédiatement après les avoir exhortés quelques heures auparavant à marcher sur le Capitole, Donald Trump affichait aussi son total cynisme comme sa lâcheté. Mais tant le candidat que le président avaient, en quelques années, exposé l’étendue de ses tares morales et dévoilé ses limites intellectuelles.

Cynique et lâche, mais aussi menteur, manipulateur, narcissique, mégalomane, paranoïaque, impulsif, raciste, xénophobe, misogyne, inculte, inconséquent, brutal, vénal, vaniteux, puéril, paresseux, démagogue, despotique, séditieux, indécent…

Alors pourquoi donc 74 millions d’Américains ont-ils pu voter, hier, pour un pareil épouvantail ? La question mérite d'être posée.

Peut-être - qui sait ? - par un dégagisme radical jusqu’à l’absurde.

La démocratie représentative étant fondée sur le choix, pour la guider, du meilleur parmi l’élite, les citoyens qui la considèrent en échec et qui rejettent aujourd'hui "le système" cherchent apparemment, tout au contraire, à élire celui que les élites détestent le plus.

Même si c’est le pire.

Mais ceci a un prix, et c'est la démocratie elle-même qui devra payer. Et pas seulement dans les seules limites du continent d'outre-atlantique : cela nous concerne aussi, comme les valeurs que nous défendons et qui sont la base de nos démocraties. Et toute cette laborieuse construction risque, aujourd'hui, d'être ébranlée.

Nous ne pouvons donc rester indifférents.

22 décembre 2020

LE POUVOIR ET LES FRANÇAIS

politique,mouvement démocrate,faits de société- Moins les Français ont confiance dans leurs gouvernants, et plus ils se tournent indirectement vers une sorte d'État omnipotent. À moins de penser que les Français seraient génétiquement programmés pour se méfier de tout, on doit admettre que les causes sont apparemment à la fois culturelles et politiques.

En tout cas, ce phénomène est profondément ancré : en moyenne, 64 % des Allemands, autant ou presque chez les Britanniques, chez les Italiens ou les Espagnols, tous estiment que les dirigeants de leur pays ont été, pendant cette épidémie, à la hauteur des risques encourus. Mais, chez les Français, seuls 39 % de ceux-ci ont accordé le même satisfecit à leurs dirigeants. L’écart de confiance est considérable.

Si nous avons été civiques dans notre grande majorité pendant l’épreuve du confinement, il semble bien que les admonestations, les attestations ou autres sanctions aient fleuri plus généreusement chez nous que chez nos voisins. Si les Français se défient très fort de leurs dirigeants, il apparaît donc que ceux-ci le leur rendent bien. Ces gouvernants, comme les précédents dans une longue tradition, doutent du sens de l’intérêt général de leurs «concitoyens», mais aussi de leur esprit d’initiative et de leur sens des responsabilités.

La gestion de l’épidémie n’a pas été idéale en Allemagne : contrairement à ce qui a été beaucoup dit, le gouvernement allemand n’avait pas mieux anticipé cette crise que le nôtre. On a certes loué que le fédéralisme institutionnel allemand a permis de créer un nombre très élevé de lits d'hospitalisation, mais une très grande partie de ces lits n'avaient pas le nombre suffisant de soignants pour y accueillir des malades. En revanche, le pays tout entier a mieux réagi, et avec plus de souplesse et de réactivité. Le privé était naturellement encouragé à produire des tests, et non pas dissuadé, comme en France, par des textes réglementaires et des concurrences entre structures. La décentralisation allemande y a permis de déployer plus vite et mieux une politique de prévention de la contamination.

Notre jeune et moderne Président français - Emmanuel Macron - avait, au cours de sa campagne, prôné la transformation du pays : il parlait même de révolution. On s'en souvient. Mais malgré ces promesses, en termes de décentralisation de la puissance publique ou de libération des initiatives privées, ou encore de renforcement des corps intermédiaires, notre Président s'est heurté frontalement au conservatisme ambiant, héritage de nombreuses décennies de formalisme qu'il n'est toujours pas parvenu encore à briser. Y arrivera-t-il un jour ?

Je vous parlais plus haut d'État omnipotent : en voilà les preuves, politiques et culturelles.

François VAN DE VILLE

04 décembre 2020

VALÉRY GISCARD D'ESTAING

giscard.jpgUn très grand Président - Mr Valéry Giscard d'Estaing - vient de nous quitter à l'âge de 94 ans suite à une affection soudainement aggravée par le Covid-19.

Jusqu'au bout, le Président Giscard d'Estaing aura gardé une incroyable vivacité intellectuelle. Voilà plus de quatre décennies qu'il avait quitté le pouvoir après un septennat encadré par deux chocs pétroliers, chocs qui ont mis fin brutalement aux "30 glorieuses" qui avaient permis à la France de faire longuement des pas de géant dans tous les domaines, sociaux; économiques ou industriels.

Le Président Giscard d'Estaing avait été élu à la suite du décès prématuré du Président Georges Pompidou, héritier lui-même putatif de De Gaulle. Giscard d'Estaing incarnait alors une vision heureuse sur l'avenir de la France dans la  grande compétition mondiale qui s'organisait déjà.

Hélas, dès la première crise pétrolière qui bouleversait nos économies par des hausses sans précédent de nos énergies, cette vision heureuse sombrait vite dans la grisaille de cette crise inattendue.

Et pourtant, fidèle à lui-même, il a perçu l'éclosion de nos jeunes générations, leur soif d'émancipation après de longues années restées figées dans d'étroits carcans héritiers du passé. Il a voulu accompagner la mutation de notre société par des réformes : toutes ont marqué notre temps de façon définitive. Aucun de ses successeurs - c'est un fait remarquable - de Mitterrand à Hollande en passant par Chirac ou Sarkozy n'a osé revenir sur ces réformes courageuses. Un commentateur écrivait que la modernité avait été le mantra de Giscard d'Estaing.

Giscard d'Estaing avait aussi une intuition : celle de l'Europe dont la construction politique fut son grand œuvre, mais aussi son rêve inachevé par la faute de dirigeants attiédis par d'autres ambitions à courte vue qui les taraudaient.

Quand le Général De Gaulle avait surtout voulu rétablir la grandeur et l'indépendance de la France, lesquelles avaient été très affaiblies par ses luttes intestines entre droite et gauche, et aussi par la constitution délétère d'une République en total déclin, le Président Giscard d'Estaing a surtout été celui qui a voulu poursuivre l'œuvre du fondateur de la V° République, mais en l'adaptant aux réalités qui surgissaient de partout à travers le monde.

Sitôt élu, le Président Giscard d'Estaing a ouvert aussitôt aux jeunes français le droit de devenir majeur dès l'âge de 18 ans et de participer désormais aux scrutins qui fixeraient leur propre avenir.

Il se tourne aussi vers les femmes à qui il ouvre le droit, par la voix de Simone Veil, à l'IVG (Interruption Volontaire de Grossesse). Puis il ouvre le financement par l'Etat de la "pilule" contraceptive. Il ouvre aussi aux femmes le droit à l'autonomie financière, d'ouvrir leurs propres comptes en banque et de disposer désormais d'un carnet de chèques hors toute autre autorité masculine.

Il pense aussi aux familles en difficulté en instituant la séparation par consentement mutuel et éviter ainsi les longs déchirements par des divorces qui se prolongeaient sans fin.

Il crée un secrétariat au droit des femmes, totale innovation jusqu'alors inconnue.

Il accorde aux chômeurs le droit de percevoir désormais une indemnité de 90% pour atténuer leurs difficultés en recherche d'emploi. Il accorde aussi le droit à la retraite à 60 ans pour les travailleurs aux emplois pénibles.

Il accorde l'indépendance éditoriale à l'ORTF vis-à-vis du gouvernement, alors que se profile le développement des moyens de communication, notamment la télévision.

Il permet la création de lignes de TGV pour rapprocher les français et leurs régions les unes des autres, la construction de centrales électriques à énergie nucléaire pour faire de la France un pays à l'énergie non polluante.

Il autorise aussi l'ouverture de la France vers l'espace en créant la fusée Ariane.

Sur le plan international, il expose que la grandeur et l'indépendance de la France ne peuvent s'assurer dsormais que par et dans la construction de l'Europe et le rapprochement avec l'Allemagne : il lie des rapports étroits avec le Chancelier Helmut Schmidt et crée avec lui ce qu'on appellera désormais le "couple franco-allemand". Il crée les fondements d'une monnaie commune à toute l'Europe (projet "Écu" qui deviendra ensuite "Euro"). Il impose que le Parlement européen soit élu désormais au suffrage universel direct. Il crée le G5, il amorce des rencontres régulières entre dirigeants d'état pour coordonner leurs actions à l'échelle internationale, et ce G5 initial s'agrandira comme on sait.

Cette énumération pourrait prolonger plus loin encore....

Toutes ces réformes ont cependant contribué, par leur ampleur quasi révolutionnaires, à créer un déséquilibre politique difficile à maîtriser. Cependant ils les a conduites malgré les oppositions de droite comme de gauche qui se sentaient bousculées, même si souvent tentées de les applaudir, les unes comme les autres, pour des raisons opposées. Et ces dernières d'inventer ensuite de toutes pièces, comme pour bousculer ce nouvel ordre  en organisant - l'on s'en souvient - des rumeurs souvent grotesques, comme celle des "diamants de Bokassa" qui lui furent offerts (alors qu'il était encore ministre) par un dirigeant africain de passage et dont aucun ne pouvait intéresser les joaillers puisqu'ils étaient surtout destinés à un usage industriel. Mais cette "affaire" un peu rocambolesque a beaucoup assombri la fin de son quinquennat.

Pour couronner cependant son œuvre avant de la laisser à son successeur (Mitterrand), le Président Giscard d'Estaing aura été le dernier Président à quitter ses fonctions en laissant une France au budget parfaitement équilibré malgré les crises pétrolières successives traversées si longuement. Aucun dirigeant qui lui a succédé n'a eu le courage de renouveler ensuite cet exploit, tout au contraire. On sait aujourd'hui les conséquences de leurs gabegies.

Beaucoup plus tard enfin, sa passion de construite une Europe à la fois plus solidaire et indépendante l'a conduit à être choisi par les gouvernements européens pour écrire longuement une proposition de constitution européenne. Hélas, les français ont rejeté son projet au travers d'un référendum dont lui-même disait qu'il était inadapté pour ce genre de consultation et dont il pressentait l'échec. Ce fut certainement pour le Président Giscard d'Estaing une très grande déception.

Nul ne doute que l'Histoire lui rendra cependant, et longuement, l'hommage qu'il mérite pour l'œuvre accomplie.

Merci Monsieur le Président.

François VAN DE VILLE

Secrétaire Général du MoDem du Gard

20 novembre 2020

BARBARA DE VOS, Nouvelle Présidente du MoDem 30

De Vos.jpg

Barbara DE VOS

élue PRÉSIDENTE

de la Fédération du GARD

du Mouvement Démocrate (MoDem)

Elle succède au Président Patrick CHANAUD qui demeure proche d'elle au sein du nouveau Conseil Départemental, celui-ci entièrement renouvelé avec l'arrivée en son sein de nouveaux membres.

Nouvelle Présidente, nouveau Conseil Départemental, nouveaux projets, nouvelles perspectives sous la houlette de cette jeune Présidente nîmoise de 35 ans déjà très engagée au sein de notre Mouvement, tant au niveau local qu'à celui national.

Nous lui souhaitons pleine réussite dans ce nouveau mandat.

11 novembre 2020

ÉLECTIONS au MoDem du GARD

Ci-après, quelques idées forces du programme présenté par l'équipe qui se soumet à l'élection dès le 13 Novembre sous la houlette de Barbara DE VOS, candidate à notre Présidence Départementale.

Proposition 1.png

Proposition 2.png

Proposition 3.png

Proposition 4.png

Proposition 5.png

L'équipe qui se présente autour de Barbara DE VOS :

Liste.png

09 novembre 2020

ÉLECTIONS au MOUVEMENT DÉMOCRATE (MoDem) du GARD

MoDem30.jpg

ORGANISATION :

Tous les 3 ans, les adhérents de chaque Fédération Départementale du MoDem sont statutairement appelés à renouveler la totalité de leurs instances :

1°/ Le Conseil Départemental

2°/ Le (ou la) Président Départemental

Leur élection est fixée du 13 au 19 Novembre 2020

3°/ Le Conseil National

4°/ Le (ou la) Président National

Leur élection est fixée du 27 Novembre au 3 Décembre 2020

Chaque adhérent à jour de cotisation a reçu les clefs d'accès qui lui permettront de se prononcer par vote électronique.

Pour les 2 premiers scrutins, les appels à candidatures ont été envoyés à chaque adhérent. Celles-ci, comme les professions de foi aux fonctions de Président, ont été dûment enregistrées et communiquées pour les 2 premières élections. Pour les 2 autres scrutins à suivre, le même processus sera mis en œuvre dans les prochains jours.

LE SCRUTIN DANS LE GARD :

Conformément aux règles statutaires, suite  à l'appel à candidatures reçu, une seule liste a émergé dans les délais impartis et se présente ce jour à l'agrément de nos adhérents.

Notre Président sortant - Mr Patrick CHANAUD - a souhaité figurer sur cette liste mais être libéré de la lourde charge de Président qu'il assumait précédemment. Nous nous réjouissons de sa présence parmi nous.

Conformément au vœu formulé par le Conseil Départemental sortant, il s'est dégagé, pour succéder au Président CHANAUD, une jeune candidate nîmoise - Barbara DE VOS - qui n'est pas une inconnue puisqu'elle fût candidate aux municipales de NÎMES en 2004 (liste Philippe BERTA), comme en 2020 (liste Yvan LACHAUD). Proche collaboratrice de Marielle DE SARNEZ (Vice-Présidente nationale du MoDem), elle est aussi l'assistante parlementaire de notre excellent ami Philippe BERTA, Député du GARD, ex-Président de notre Mouvement gardois et lui-même candidat sur la liste proposée pour siéger à notre futur Conseil Départemental.

C'est un gage précieux pour l'avenir de notre Mouvement Départemental, et une porte ouverte vers nos jeunes générations que nous souhaitons voir venir parmi nous.

Voici la liste complète des candidats à notre futur Conseil Départemental :

1. Barbara DE VOS, Nîmes, collaboratrice parlementaire

2. Philippe BERTA, Nîmes, professeur d’université, député du Gard

3. Sylvie BERTHIOT, Nîmes, greffière

4. Bruno ROSTELLO, Bagnols-sur-Cèze, ingénieur

5. Florence BERTA, Nîmes, médecin généraliste

6. Patrick CHANAUD, Nîmes, garde républicaine, président sortant du Modem du Gard

7. Bernadette BANDLER, Grau-du-Roi, avocate et médiatrice

8. Denis DELMAS, Nîmes, responsable technique

9. Isabelle GOULERET, Beauvoisin, proviseur

10. François VAN DE VILLE, Nîmes, audit d'entreprise, ex-élu local et consulaire

11. Gwenaëlle LE GALLIC, Nîmes, assistante commerciale

12. Patrick LAURENT, Alès, réalisateur

13. Joëlle PELLISSIER, Nîmes, orthophoniste

14. Ludovic DUMAS, Rousson, agent de maitrise

 

François VAN DE VILLE, Secrétaire Général du MoDem du GARD

17 octobre 2020

CETTE LUMIÈRE DU SAVOIR QU’ILS NE POURRONT ÉTEINDRE

TRIBUNE LIBRE

de Julien LÉCUYER

obscurantisme.jpg - La barbarie à l’œuvre, ce vendredi 16 Octobre, rappelle que le savoir, parce qu'il est un outil d’émancipation, est l’ennemi des obscurantistes. Il nous appartient donc de le défendre.
 
Le dégoût... La nausée... Une éclipse de l’humanité... La tristesse se mêle à la colère...

Le drame qui s’est noué à Conflans-Sainte-Honorine emporte dans la tombe la richesse du savoir, une vie détruite par l’ignorance crasse du radicalisme, probablement ici islamiste.

Aujourd’hui, cependant, sonnera l’heure des interprétations douteuses et des récupérations politiques. Méfions-nous-en comme de la peste. Les simplifications, comme toute brutalité, seront utilisées par ces mêmes ennemis de notre démocratie qui tuent artistes, soldats et, désormais, les professeurs.

Aujourd’hui, plus que tout autre jour, nous devons être aux côtés de nos enseignants. Ces hussards noirs de la République qui portent l’arme de la connaissance dans la plaie de l’obscurantisme. Ce professeur assassiné aurait peut-être (?) usé des caricatures de Mahomet pour illustrer un cours sur la liberté d’expression. En cela, il œuvrait pour cette chère "laïcité" à la française qui invite à regarder la religion à hauteur d’homme. Il participait à la construction de la conscience critique des enfants, œuvre sublime de civilisation. Mais, pour tout cela, il devenait "coupable".

Mais peut-être aussi cela exigerait un regard plus exigeant sur le sens profond du mot "laïcité" dont le temps finit d'en faire une sorte de fourre-tout de nombreuses interprétations les plus diverses qui peuvent en faire perdre son vrai sens : il faut revenir au texte initial de la Loi et ne pas s'en éloigner au risque de heurter inutilement certaines sensibilités. Mais c'est là un autre sujet.

Il reviendra donc à l’enquête de déterminer le profil du meurtrier : loup solitaire échappant aux radars ? Fiché "S" oublié ? Psychotique ? Qu’importe en réalité !

Il appartient à la Nation française, au-delà de montrer son unité, d’affronter le mal. Cela passe sans nul doute par la poursuite de la mission à laquelle cet enseignant a offert sa vie : instiller dans chaque veine juvénile l’amour de la hauteur, la joie de la mise en perspective, l’enthousiasme des valeurs de liberté que la caricature transporte. Mais cela implique aussi de protéger nos émissaires, qu’ils soient à la guerre ou, désormais, en classe.

Nul projet de loi ne saurait assurer à lui seul cette tâche. Les fronts sont en effet ouverts partout : dans les ténèbres de la pensée de quelques fous, dans les mots d’un prêcheur radical, dans les vertiges d’un Internet devenu nauséabond, dans les halls d’immeubles trop longtemps abandonnés, dans les quartiers laissés pour compte : oui, les fronts sont partout!

Le combat ne fait que commencer pour que la lumière du savoir ne s'éteigne jamais. Et nous devons tous en être les combattants, vigilants et ardents.

16 octobre 2020

LA FRANCE ET LES DROITS DE L'HOMME

TRIBUNE LIBRE

d' Éric DUSSART

droits.jpg- Élue de nouveau au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU,  la France a été interpellée presqu'aussitôt sur la timidité de ses positions en la matière. Surprenant !

Le Président Macron s’est cependant félicité, tout récemment, du retour de la France au sein de ce Conseil de l'ONU pour un nouveau mandat de trois ans, lequel pourrait naturellement couler de source pour notre pays qui se voit en berceau des Droits de l’Homme depuis 1789. Mais d’autres membres de l’ONU, et surtout plusieurs ONG, nuancent cependant notre pays de critiques ciblées.

Le représentant des "Human Rights Watch" à l’ONU pointe le peu d’entrain de Paris à se joindre à la mission proposée par les Pays-Bas, la Finlande et la Suisse sur les violations commises en Libye par toutes les parties. Il rappelle le soutien français au général Haftar, lequel refuse toujours de livrer son bras droit, Mahmoud Al-Werfalli, visé par un mandat d’arrêt pour crimes de guerre.

Paris est également montré du doigt pour son silence persistant au sujet du traitement infligé par la Chine aux Ouïghours, comme aux autres minorités du Xinjiang, ainsi qu’à propos de la nouvelle "législation relative à la sécurité nationale" qui compromet l'avenir même de Hong Kong. La signature française, intervenue en juin, à la motion britannique est estimée très tardive, voire même un peu contrainte.

De même, encore plus récemment pour la motion présentée par le Danemark au sujet d’un rapport faisant état de tortures, de détentions arbitraires, de disparitions forcées, entre autres, en Arabie Saoudite. Ainsi, par ailleurs, d’une demande de transparence sur l’épouvantable meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Là encore, le soutien français est estimé "timide".

On parle encore du Yémen où la France y est suspectée de fournir des armes, comme sur d’autres théâtres de guerre, souhaitant qu’elle ne revienne pas au Conseil pour rester à la traîne des autres pays européens.

Emmanuel Macron a promis cependant que "la France fera entendre sa voix humaniste, féministe et progressiste" et "débarrassée de toute considération étrangère aux Droits de l’Homme".

On jugera sur les faits, et non seulement sur des déclarations d'intentions.

30 septembre 2020

LES SÉNATORIALES.... et après ?

politique,mouvement démocrateSeulement 9 voix séparent la liste de droite et du centre réunis à l'occasion des sénatoriales dans le Gard du 27 Septembre dernier, face à celle socialo-communiste et consorts.

La marge d'écart est très étroite et force à la réflexion.

Certes le tandem Lopez/Burgoa avait des atouts grâce à la forte personnalité de ces 2 candidats bien établis et ce fût tant mieux pour eux. Mais est-ce bien une explication suffisante ?

Oui, on peut s'interroger sur ce qu'aurait été le résultat si cette liste droite/centre n'avait pas reçu l'appui d'une grande part de l'électorat centriste, même si ce dernier a figuré aussi - et de façon honorable - sur l'autre liste centriste indépendante de Mr Cardènes (ex-Président du MoDem du Gard).

Au travers de cette élection, la preuve est établie que la droite ne peut toujours pas gagner seule une élection si elle n'a pas l'appui de l'électorat centriste. Ceci est incontestable.

Cependant, curieusement et sur un tout autre plan, la Ville de Nîmes a une spécificité particulière : sa municipalité s'évertue toujours à chasser les centristes de ses rangs et ce avec une ténacité constante. Le duel Fournier/Lachaud n'était qu'un épisode entre deux fortes personnalités que l'espace de générations séparait durablement. On aurait pu croire que cet épisode allait se refermer de lui-même après le résultat des municipales de Juillet. Mais il n'en est rien : le duel entre les élus municipaux LR, réunis autour de Mr Fournier, se poursuit aujourd'hui âprement de la même façon entre ce groupe et les représentants des différents courants centristes. Nul ne peut le nier. Oubliée déjà l'élection sénatoriale à peine le résultat proclamé : on menace, on brandit et on élabore déjà des stratégies d'élimination des élus centristes en place pour les élections des mois à suivre.

C'est étonnant de consternation.

Il faudra pourtant bien qu'un jour raison revienne face à ces combats d'un autre âge qui, s'ils devaient perdurer, mènerait fatalement à la chute de la droite nîmoise au profit des extrêmismes de tous bords, toujours aux aguets.

Évidemment, cela demandera à certains de ces combattants d'arrière-garde - peut-être atteints aussi de cécité - d'avaler péniblement leurs orgueilleux manches à balai. Mais ce sera pour eux la seule condition s'ils ne veulent pas être balayés eux-mêmes par les courants qui tourbillonnent dans les travées du pouvoir, ici à Nîmes comme partout ailleurs. Cette élection tendue en est la démonstration indiscutable. Malheur à ceux qui n'en prendraient pas rapidement conscience.

À quand ceux-là raisonneront-ils un peu au-delà de leurs étroites certitudes et feront, enfin, face aux réalités ?

François VAN DE VILLE