Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2020

LES SÉNATORIALES.... et après ?

politique,mouvement démocrateSeulement 9 voix séparent la liste de droite et du centre réunis à l'occasion des sénatoriales dans le Gard du 27 Septembre dernier, face à celle socialo-communiste et consorts.

La marge d'écart est très étroite et force à la réflexion.

Certes le tandem Lopez/Burgoa avait des atouts grâce à la forte personnalité de ces 2 candidats bien établis et ce fût tant mieux pour eux. Mais est-ce bien une explication suffisante ?

Oui, on peut s'interroger sur ce qu'aurait été le résultat si cette liste droite/centre n'avait pas reçu l'appui d'une grande part de l'électorat centriste, même si ce dernier a figuré aussi - et de façon honorable - sur l'autre liste centriste indépendante de Mr Cardènes (ex-Président du MoDem du Gard).

Au travers de cette élection, la preuve est établie que la droite ne peut toujours pas gagner seule une élection si elle n'a pas l'appui de l'électorat centriste. Ceci est incontestable.

Cependant, curieusement et sur un tout autre plan, la Ville de Nîmes a une spécificité particulière : sa municipalité s'évertue toujours à chasser les centristes de ses rangs et ce avec une ténacité constante. Le duel Fournier/Lachaud n'était qu'un épisode entre deux fortes personnalités que l'espace de générations séparait durablement. On aurait pu croire que cet épisode allait se refermer de lui-même après le résultat des municipales de Juillet. Mais il n'en est rien : le duel entre les élus municipaux LR, réunis autour de Mr Fournier, se poursuit aujourd'hui âprement de la même façon entre ce groupe et les représentants des différents courants centristes. Nul ne peut le nier. Oubliée déjà l'élection sénatoriale à peine le résultat proclamé : on menace, on brandit et on élabore déjà des stratégies d'élimination des élus centristes en place pour les élections des mois à suivre.

C'est étonnant de consternation.

Il faudra pourtant bien qu'un jour raison revienne face à ces combats d'un autre âge qui, s'ils devaient perdurer, mènerait fatalement à la chute de la droite nîmoise au profit des extrêmismes de tous bords, toujours aux aguets.

Évidemment, cela demandera à certains de ces combattants d'arrière-garde - peut-être atteints aussi de cécité - d'avaler péniblement leurs orgueilleux manches à balai. Mais ce sera pour eux la seule condition s'ils ne veulent pas être balayés eux-mêmes par les courants qui tourbillonnent dans les travées du pouvoir, ici à Nîmes comme partout ailleurs. Cette élection tendue en est la démonstration indiscutable. Malheur à ceux qui n'en prendraient pas rapidement conscience.

À quand ceux-là raisonneront-ils un peu au-delà de leurs étroites certitudes et feront, enfin, face aux réalités ?

François VAN DE VILLE

24 septembre 2020

YVAN LACHAUD S'EXPLIQUE SUR SA GESTION DE NÎMES MÉTROPOLE

Vidéo parue sur Objectif Gard le 23 Septembre 2020.

Le lien :

https://www.objectifgard.com/2020/09/23/le-7h50-video-yvan-lachaud-le-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-est-bon-ca-les-derange/

25 juillet 2020

L'ANCIEN MONDE FAIT DE LA RÉSISTANCE

TRIBUNE LIBRE d' Éric DUSSART

gauche-droite.jpgSelon un sondage réalisé par l’IFOP pour "Le Point", la gauche serait "dans les choux" et les sympathisants "LREM" de 2017 se "droitiseraient".

C’est pourtant un exercice assez ancien auquel on ne prête pas toujours grande attention, tant ses résultats n’évoluent généralement qu’à la marge. Il s’agit de demander à un échantillon représentatif de la population française de se positionner sur une échelle de dix, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite. Le chiffre cinq correspondant donc au centre.

Surprise, cette fois-ci : il existe un vrai glissement de cette opinion vers la droite. 39 % des Français se situeraient au-delà du chiffre 6, soit une augmentation de cinq points, par rapport à l’an dernier. Au passage, on note qu’ils sont maintenant 11 % à se situer sur le chiffre 9 – très à droite, donc – alors qu’ils n’étaient que 4 % en 2017.

Jérôme Fourquet, Directeur du département opinion de l’IFOP, évoque en guise d’explication «l’actualité récente autour des questions de sécurité», mais prévient que cela ne suffit pas à expliquer ce phénomène. « Il faut aussi prendre en compte le vieillissement démographique du corps électoral ou l’érosion lente du bloc centriste, exceptionnellement élevé depuis la dernière présidentielle».

La preuve ? Si 32 % des Français se situent au centre, c’est un recul de six points par rapport à 2017. Globalement, les électeurs "LREM" ont glissé de plus d’un point vers la droite : ils se situent en moyenne à 6,7 sur cette échelle, contre 5,6 en 2017.

Commentaire de Jérôme Fourquet : «Lorsqu’Emmanuel Macron a constaté que la droite, en dépit de l’affaire Fillon, avait résisté en obtenant cent députés, elle est devenue le camp à fracturer. D’où l’enchaînement de nominations et de choix politiques».

Quant à la gauche, elle recule à 13 %.

Mais l’un des enseignements soulignés par Jérôme Fourquet est que «le clivage gauche-droite, porté disparu après la dernière élection présidentielle, se porte à nouveau très bien». Comme il dit, «l'ancien monde fait de la résistance».

03 juillet 2020

APRÈS LA DÉSERTIFICATION ÉLECTORALE DU 28 JUIN 2020

L'élection du 28 Juin 2020 étant désormais derrière nous, avec le triste constat de la désertification de l'électorat - à Nîmes, Mr Jean-Paul Fournier n'a été réélu Maire qu'avec 13,24% des inscrits, soit le plus faible score historique pour une élection locale - des journalistes sont maintenant libérés des contraintes administratives en cours pendant la campagne électorale et leur plume peut désormais exprimer leur vision des choses.

"La Gazette de Nîmes", dans son édition du 2 Juillet, et sous la plume de François Wiart, a livré son éclairage sur les conditions de cette élection hors normes. Et son rappel des faits, hors les quolibets d'usage assortis de mensonges outranciers, ne manque pas d'intérêt.

Voici donc son analyse. Il ne nous appartient pas de la commenter. Vous en jugerez vous-mêmes.

Gazette-2:7(1:2)001.jpg

Gazette-2:7(2:2)002.jpg

21 juin 2020

CE QUE J'AI FAIT À L'AGGLO, NOUS LE FERONS À LA VILLE

NEM+E-Agglo-1:2.jpg

NEM+E-Agglo-2:2.jpg

19 juin 2020

Municipales de NÎMES : RELEVER LES DÉFIS

NEM+E-Urg.1:2.jpg

NEM+E-Urg.2:2.jpg

27 mai 2020

L'AUTRE DÉFI DU PARI EUROPÉEN

Billet de François VAN DE VILLE

Merkel-macron.jpg- Voici quelques jours, fort nombreux sont ceux qui ont salué avec enthousiasme l'accord conclu entre la chancelière allemande - Mme Merkel - et le Président Macron. Ils ont eu raison car cet accord a peut-être sauvé notre Europe commune, du moins celle imaginée par les textes fondateurs, alors que les réticences précédentes et sans faille de Mme Merkel ne cessaient d'en retarder l'ambition.

En fait, cette initiative, un peu tardive hélas, des 2 principaux dirigeants européens prévoit un transfert de richesses - 500 milliards d'€ - et davantage de compétences pour sauver l'UE d'une mort possible, même si encore fort improbable.

Ces 500 M€ seraient donc destinés aux régions et aux secteurs de l'UE les plus touchés par le Covid-19, et ils seraient supportés par l'ensemble des pays membres : ce serait la naissance ET d'une Europe de la Santé, ET d'une Europe des transitions écologiques et numériques, ET encore d'une Europe ouverte sur le monde, mais moins naïve et plus pragmatique face aux hégémonies naissantes d'un peu partout.

"Un sacré programme" ont écrit des observateurs.

Oui, l'Europe était donc devenue vulnérable : elle subissait des pressions considérables, pressions venues d'états-continents qui ne voulaient surtout pas d'une Union Européenne puissante. Et il n'y avait pas que Mr Trump pour s'y opposer avec la virulence de ses sautes d'humeur.

Les propositions avancées communément par la France et l'Allemagne sont donc des réponses directes aux menaces de ceux-là. Et, issues de l'intérieur même de l'Europe elle-même, elles font aussi face à certains gouvernements européens qui cèdent facilement aux sirènes nationalistes. On les connait tous : ce sont toujours les quelques mêmes. Peu importe !

Il fallait aussi veiller à ce que les pays du Nord ne laissent pas ceux du Sud sombrer sous peine de voir ceux-ci tomber ensuite - et eux aussi - entre les mains d'autres démagogues qui ne cherchent, eux, qu'à fermer les portes.

Notre continent européen ne peut pas non plus davantage dépendre des chinois, ou encore des indiens, pour équiper, par exemple, ses propres populations de masques quand il en a besoin, ou nous fournir constamment en médicaments, même ceux de base les plus courants de nos armoires à pharmacie. Notre continent ne peut non plus demeurer ce "nain" numérique dominé par les États-Unis aux humeurs devenues aussi fantasques de par le fait de ses présidents de passage. Enfin, l'Europe doit aussi se protéger des distorsions de marché créées par des nations récemment émergées et prenant soudainement place dans les relations économiques.

Tout cela est donc fort bien pensé et bien répondu par nos deux dirigeants, enfin réunis dans un même projet ambitieux et homogène.

MAIS…. Oui il y a aussi des "mais"….

Il reste maintenant à persuader les autres états de l'UE de la pertinence des propositions franco-allemandes. Et là, la partie n'est pas la plus facile : même certaines réticences naissent aujourd'hui au sein de l'État Fédéral allemand lui-même, pas seulement pour des raisons constitutionnelles (où les règles du fédéralisme peuvent être ressenties comme bousculées par la prédominance des lois européennes sur celles fédérales), mais aussi face à une certaine éthique économique des populations allemandes pour lesquelles celle-ci prime toujours sur toute autre facilité financière. Et surtout quand cette facilité est accordée au bénéfice d'états régulièrement trop dépensiers. Et là, le regard se tourne aussitôt vers notre hexagone français, perpétuellement déficitaire depuis le septennat du vertueux Giscard d'Estaing ! Voici bientôt 40 ans de cela.

Dure équation à laquelle la France va devoir faire face alors que, d'ici peu, des centaines de milliers d'emplois vont disparaître dans notre hexagone, entraînant de possibles autres désordres ou exigences en surplus de celles déjà accordées.

Un autre pari à gagner : il n'est pas le plus simple. Mais il faudra bien l'affronter si nous voulons continuer à exister face à un monde qui change dans ses profondeurs et comme dans ses exigences.

16 avril 2020

L'EUROPE : PEUT MIEUX FAIRE ?

Billet de  François VAN DE VILLE

politique,mouvement démocrate- L'Europe, confrontée soudain à un choc que nul ne pouvait imaginer il y a encore quelques semaines seulement, a bien failli se montrer sous le jour le plus désespérant, montrant à nouveau son impuissance face aux égoïsmes chroniques venus de tous horizons.

Cette fois-ci, ce sont les Pays-Bas qui se sont montrés particulièrement inflexibles face aux grandes attentes de l'Italie, ce pays étant celui, en Europe, le plus touché par cette pandémie qui n'a pourtant épargné personne. Un vaste débat s'est alors ouvert pendant plusieurs jours, avec ses tergiversations habituelles sur les "grands équilibres" budgétaires que certains défendaient comme un paravent contre tout errement sacrificiel. Face à cette difficulté à s'entendre, l'idée a pourtant germé dans les esprits d'une "mutualisation" de la dette. Une porte s'ouvrait, mais ce n'était pas la dernière à franchir.

Les choses, en effet, n'étaient pas aussi simples qu'il n'y paraissait : en temps de guerre - car chacun admettait que la lutte contre le virus était bien une guerre dont on n'avait pas d'autre choix que de la gagner, ou de périr - les individualismes des uns et des autres - j'allais dire des uns contre les autres - n'ont que faire de l'urgence solidaire. Ce n'est pas nouveau dans l'histoire des nations, même réputées amies.

Mais il faut reconnaître que, dans ce débat qui s'est montré particulièrement âpre, la France et l'Allemagne, enfin sur la même longueur d'onde, ont pesé de tout leur poids dans la balance pour une décision finale : après plusieurs jours d'échanges tendus, un accord a été conclu "au forceps", vendredi dernier, accord qui est une (première ?) réponse au coronavirus…. à 500 milliards d'€.

Je reviens sur ce chiffre qui est important : ces 500 milliards sont donc devenus disponibles immédiatement, dont 240 milliards pour les dépenses de santé, 100 milliards pour les mesures de chômage partiel, et 200 milliards pour un fonds de garantie ouvert pour des prêts aux entreprises en difficulté.

Mais, malgré l'importance de cette somme, on ne peut que la comparer aux 750 milliards accordés séparément au plan de soutien allemand, aux autres 300 milliards de prêts garantis à la France, montant auquel il faut rajouter 100 milliards pour le plan d'urgence français. Mais il faut aussi compter les 2.000 milliards accordés au plan de soutien des USA, partenaire incontournable de l'Europe et actuellement en périlleuse difficulté (quoi qu'en dise Mr Trump dans ses tweets).

Cette valse étourdissante de gigantisme de ces chiffres laisse cependant à penser que, même s'ils étaient justifiables face au chaos semé par le virus, l'Europe aurait pu cependant faire mieux encore.

Je m'explique : l'Union Européenne, première puissance commerciale du monde, a un produit intérieur brut disponible de ±15.000 milliards d'€. Que pèsent donc, en regard, les ±500 milliards accordés ici, les autres ±1.100 milliards à divers plans européens, et enfin les ±2.000 milliards accordés aux USA ? L'Europe est loin de s'être ruinée !

Quand on parle donc de "mutualisation" de la dette (autre nom de la "solidarité" entre nations), quand on s'appelle aussi "Union Européenne" et qu'on occupe cette 1ère place mondiale, peut-être faudrait-il donner un sens plus large au mot "Union" ? Un petit effort s'il vous plait !

Saluons cependant cette première démarche qui a permis de faire sauter de nombreux verrous jusqu'ici très contraignants, le déficit économique de la France, par exemple, explosant soudain de ±3% à ±9%, et sa dette globale augmentant de 15 points de notre PIB. Ce n'est pas réjouissant, mais que de meubles à sauver !

Mais quels autres lendemains cela nous réserve-t-il ? La question reste posée.

14 avril 2020

LE COVIT-19 & LES USA

TRIBUNE LIBRE

de  Jean-Michel BRETONNIER

covit-usa.jpg- Cette épidémie ébranle les USA, un pays fragile au plan sanitaire et qui ne surréagit économiquement qu'à quelques mois de la présidentielle.

Le fil qui relie des millions d’Américains à une bonne santé est ténu : • une espérance de vie en recul depuis 2014, à cause d’une épidémie d’overdoses d’opiacés qui touche prioritairement les États autrefois industriels • une obésité qui atteint 39,8 % de la population en 2018, et près de la moitié des Noirs • des maladies cardiovasculaires qui affectent un citoyen sur deux. Et, dans ce pays où la demande de soins médicaux est, comme on le voit, considérable, 27,5 millions d’habitants doivent l’affronter sans couverture maladie !

Le Covid-19, qui s’invite partout, sévit aux USA sur un champ de ruines sanitaires. Quant à son corollaire, la récession économique, celle-ci s’abat sur un système où l’emploi est la première variable d’ajustement. Alors qu’en Europe, des dispositifs promeuvent le chômage partiel, aux États-Unis, les postes sont brutalement supprimés. En trois semaines d’épidémie, 17 millions de salariés se sont retrouvés au chômage, perdant souvent leur assurance santé par la même occasion.

Les citoyens de la première puissance mondiale ont bien sûr l’habitude de ces montagnes russes. Pourtant, cette crise sanitaire, venant s’ajouter aux crises économiques, pourrait bien épuiser leur tolérance à un modèle de plus en plus dur aux faibles, et de plus en plus doux aux puissants. Donald Trump, qui avait dopé son économie aux déficits budgétaires et aux baisses d’impôts, n’avait pas prévu cette embûche sur le chemin qu’il voyait semé de roses pour sa réélection.

Encore faudra-t-il que son adversaire démocrate sache maintenant rendre crédible, économiquement, un programme de protection sociale que son électorat appelle de ses vœux. Et qu’une partie de l’électorat populaire "trumpiste", tentée par ces propositions parce que de plus en plus fragilisée, ne les considère pas comme dangereusement « socialistes ».

09 avril 2020

L'ESSENTIEL ET LE DÉRISOIRE

Billet de  François VAN DE VILLE

combat.jpg- L'absence de confiance est devenue une sorte de sport national, et pas seulement en France.

Absence de confiance non seulement envers nos dirigeants, quels qu'ils soient, mais aussi envers leurs propres oppositions. Et quand cette défiance se généralise comme aujourd'hui, quand elle atteint même une sorte de complotisme obsessionnel, la tendance naturelle porte les populations à ne miser désormais que sur elles-mêmes.

Cette absence de confiance dégénère ensuite spontanément en réflexes surprenants : on peut alors observer la naissance d'une sorte de processus de défiance généralisée, quel que soit le pays concerné.

Dans un premier temps, comme quand parait un danger pressant comme celui brutal du Covit-19, ce sont les dirigeants de ces pays qui enregistrent spontanément un regain de popularité, surtout si celle-ci, pour de multiples raisons, était plutôt en perte sensible quelques jours auparavant. D'où un certain étonnement des populations qui se surprennent d'elles-mêmes.

Dans un second temps, très proche du premier, ces mêmes populations commencent alors à commenter les décisions prises par leurs gouvernants : comme par exemple si l'on prend l'exemple français, dans la lutte entreprise contre ce virus dérangeant toutes habitudes, en deux semaines d'écart seulement, le degré de confiance a chuté de 18 points de l'estrade gravie quelques jours auparavant. Puis, un peu plus tard, en phase trois du même processus, pour couronner cette défiance, les français trouvent finalement à 73% que leurs dirigeants "n'étaient pas à la hauteur de la situation".

Cette versatilité des opinions n'a rien d'exceptionnel en soi. Mais le phénomène virus l'a accéléré à une vitesse inouïe.

La phase quatre du même processus est plus surprenante encore : la population s'est découverrte soudainement experte en matière de savoir médical. Que n'a-t-on pas lu ici ou là au-dessus de signatures plus ou mois connues et qui se hasardaient à déclarer tout et son contraire ? Et voilà que paraissait notamment sur les plateaux des médias un personnage nouveau en blouse blanche, un peu atypique par ses abords non conventionnels, fort respecté cependant de beaucoup - je veux parler du Professeur Raoult, praticien marseillais - qui affirmait, non sans aplomb et arguments divers solidement exposés, qu'il existait un produit depuis longtemps banalisé - la "chloroquine" - qui était susceptible d'arrêter selon lui l'évolution du "coronavirus" que d'autres prétendaient ne pouvoir freiner faute de vaccin ou autres remèdes spécifiques appropriés.

Et cette apparition a fait soudain exploser un autre combat : celui d'une médecine de teinte méditerranéenne, face à celle plus continentale (j'allais dire plus "parisienne") qui prédominait dans les avis dits "autorisés" de ceux qui les écoutaient soigneusement.

Cet autre combat - qui n'était plus seulement celui contre le Covit-19 - succédait à un autre qui rappelait quelque peu celui antique des Horaces et des Curiaces. Et tous de s'y engouffrer : non seulement les médecines de tous bords et de toutes origines, mais leurs soutiens ou scientifiques, ou politiques, ou de circonstance, ou encore des opinions plus diversifiées issues de personnes.... n'ayant aucune compétence en médecine !

Et l'on a alors vu les français, quand on les interrogeait, même ceux n'ayant jamais ouvert le moindre livre de médecine, répondre à 59% que la "chloroquine" du Dr Raoult était un traitement plus efficace pour combattre notre virus envahisseur.

Plus encore, n'a-t-on pas vu ou entendu ensuite des oracles issus de nos politiques entrer dans ce combat et y prendre partie ou pour l'un, ou pour l'autre camp ! Que d'âneries n'a-t-on pas lues ou entendues, même issues de personnalités fort honorables ! Un journal national a même paginé : "La chloroquine, les français y croient !". Le débat devenait doctrine populaire, et voilà que la presse s'en faisait le relais à son tour.

Nous n'étions alors plus dans le domaine de la science ou des chercheurs, mais dans celui de la croyance. Une étoile nouvelle était née du côté de Marseille, comme hier à Bethléem : voilà un nouveau sauveur qu'il fallait célébrer, pour les uns, ou combattre, pour les autres. Nous étions passés du registre de la raison à celui de l'émotion.

Que penser de ces réflexes incontrôlés, et incontrôlables, des opinions qui vont et viennent au gré des courants et autres réseaux sociaux ?

N'attendez pas de moi que je prenne ici position dans ce débat digne d'autres époques, et non de la rationalité scientifique : je n'ai aucune compétence en la matière, comme l'immense majorité des français. Et cependant, chaque soir, ceux-ci applaudissent leurs soignants issus de différentes écoles scientifiques et qui en appliquent les consignes transmises par nos gouvernants.

Mais je suis cependant tenté d'affirmer que, quelque soit le résultat en cours d'élaboration des effets possibles de cette "chloroquinine", je préfère que ce combat se situe exclusivement entre scientifiques eux-mêmes et ne sorte pas de ce cadre-là : l'opinion publique n'a rien à y faire. Et que nuls autres ne s'en mêlent, et encore moins les "politiques" dont ce n'est pas, pour l'immense majorité d'entr'eux, le métier de médecin ou de chercheurs scientifiques : leurs interventions ne seront jamais que source de confusions et de cacophonies dont nos opinions n'ont nul besoin en cette période.

La France a, aujourd'hui, un redoutable combat à gagner : celui contre le Covit-19. Il ne convient pas de s'en distraire et d'en mener d'autres parallèles.

Mais il convient aussi de nous préparer à cet autre combat, économique celui-là, bien plus redoutable encore que notre actuel virus, et dont nul ne connait la profondeur des abîmes où celui-ci risque de nous y entraîner comme jamais dans nos mémoires cela ne fut connu dans notre Histoire : le pire risque d'être devant nous. Et là, ce sera plus sérieux encore.

Ne quittons donc pas l'essentiel pour le dérisoire.