Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 octobre 2018

ÉLECTION EUROPÉENNE & STRATÉGIES

ÉLECTION EUROPÉENNE & STRATÉGIES



L’opposition progressistes/nationalistes aux européennes de 2019 mobilisera les soutiens naturels du Président Macron, mais elle risque d’effrayer ceux qui ont déjà peur.

C’est au cœur même du noyau nationaliste européen, en Slovaquie, que le Président de la République française s’est dressé contre « les démagogues qui ciblent l’Europe ». La campagne pour les élections européennes se profile déjà.

Il faut planter dès à présent le décor : pour Emmanuel Macron, c’est celui qui verra s’opposer les progressistes et les nationalistes. S’il est difficile de nier que cet affrontement aura bien lieu, présenter ces élections sous une forme aussi manichéenne peut présenter quelques inconvénients. C’est ce que tente, depuis un certain temps, de faire valoir le MoDem face à ses partenaires de La République en marche.

Le Président Macron est sincèrement européen et résolument partisan d’une économie et d’une société ouvertes. De surcroît, tactiquement, il se verrait bien rééditer le duel avec le Rassemblement national (ex-FN) dont il était sorti vainqueur à la présidentielle. Il a, en outre, tout intérêt à éviter une campagne sur des sujets franco-français où voudront l’entraîner ses nombreux adversaires, tant sa côte de popularité, et ses résultats économiques qui tardent à apparaître, le font sombrer dans les sondages.

Pourtant si, à l’élection présidentielle, il s’agissait d’arriver dans les deux premiers pour ensuite battre, au second tour et sans difficulté, la candidate d’extrême droite...., aux élections européennes, l'élection n'est qu'à un seul tour : il s’agira donc, pour Mr Macron, d’arriver en tête et le plus largement possible.

La ligne "progressisme" contre "nationalisme" suffira-t-elle ? Le noyau "macroniste", très européen, très libéral, suivra avec enthousiasme. Mais le thème du progressisme pourrait, non seulement ne pas fédérer au-delà, mais faire peur. Le risque existe, on ne peut le nier.

Hormis ceux qui sont à l’aise dans une économie mondialisée, mais aussi une société numérisée et en pleine évolution au plan des mœurs, les Français verront le progressisme comme une fuite en avant.

Alors les français ont besoin d’Europe, sans doute, mais surtout d'une Europe qui rassure et exige en même temps ouverture et protection.

F.VDV

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.