Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 novembre 2019

NOUVELLES RÈGLES CONTRE LA RADICALISATION

"NOUVELLES RÈGLES CONTRE LA RADICALISATION"

shariah.jpg

À l'occasion de la réunion des tous les préfets réunis aujourd'hui à Paris, la lutte contre l’islamisme semble changer de braquet avec la circulaire qui leur a été remise en mains propres par le Ministère de l'Intérieur. N'est-elle pas rédigée au risque même de bousculer quelque peu les priorités sociales ?

En effet, l’heure n’est plus aux "pudeurs', mot prononcé par le Ministre de l'Intérieur lui-même. Curieuse formulation, comme si la République, jusque-là, rechignait à regarder en face la choquante nudité de la bête islamiste. Contre celle-ci, Christophe Castaner semble avoir lancé une "offensive républicaine", sous la forme de cette circulaire à effet immédiat.

Cette feuille de route n’est, ni plus ni moins, qu’une généralisation à l’ensemble du territoire de la stratégie mise en place en février 2018 dans quinze quartiers "qui avaient servi de terreau aux départs de jihadistes français".

Le bilan ? 133 débits de boisson, 13 lieux de culte et 4 écoles avaient été fermés. Des mesures de répression accompagnées, assure-t-on, par un renforcement de la présence de l’État.

La circulaire diffusée hier ne dit pas autre chose. Elle acte la "société de vigilance" défendue par le Président de la République, la "République de combat" prônée par le Ministre de l’Intérieur. Dans les faits, ces concepts devraient se traduire par une utilisation de "tous les moyens de la démocratie". En clair, la Place Beauvau revendique le droit d’user de moyens juridiques détournés (la réglementation sur les établissements accueillant du public par exemple) pour fermer les lieux qui concentreraient les soupçons de radicalisation.

En parallèle, les préfets sont appelés à travailler de manière étroite avec les élus pour recréer une offre culturelle et sportive sur ces territoires que "les associations républicaines ont désertés". Au-delà, il faut, dit-on, "développer la mixité sociale, travailler sur le bâti et le vivre-ensemble".

Vaste programme que cette radicalisation.... contre la radicalisation.

François VAN DE VILLE, Secrétaire Général du MoDem du Gard

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.