Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 novembre 2018

LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE À PARIS

TRIBUNE LIBRE

"LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE À PARIS"

par Jean-Michel Bretonnier

gilet.jpgLes Gilets jaunes quittent aujourd’hui leurs ronds-points pour monter à Paris : Ils prennent le risque de se compter et d’afficher leurs divisions.

Emmanuel Macron a voulu qu’on sache qu’il annoncerait, mardi, des propositions pour rendre la transition écologique "juste, équitable et démocratique". Une manière de ne pas renoncer à ses ambitions écologiques et de se soucier (même si c'est un peu tard !) de leur accompagnement social et politique. Il ne se fait vraisemblablement pas d’illusion pour autant sur sa capacité à dégonfler la mobilisation dès aujourd’hui : il se contenterait même de ne faire baisser qu'un peu la pression.

Ce week-end, la parole et l’action sont donc encore aux Gilets Jaunes. Ils se savent épiés. Ils ont tenu jusqu’ici, malgré un inévitable essoufflement. Ce mouvement social "de proximité", qui refuse farouchement tout soutien politique ou syndical, qui rejette tout candidat au leadership, qui n’aime pas les têtes qui dépassent, qui n’a formulé aucun cahier des charges centralisé, qui accueille en son sein des mamies modérées et des "justiciers"  anti-migrants, quitte aujourd’hui ses ronds-points pour monter à Paris.

Ce faisant, il prend des risques : celui d’être débordé par des casseurs qui profiteront de l’inexpérience des manifestants. Celui aussi d’offrir le visage d’un mouvement incapable de se fédérer si les points de rassemblement sont multiples, alors que la profusion des actions témoignait jusqu’ici de la spontanéité et de la généralisation d’une colère. Encore aussi le risque de se voir enfin compté, et de souffrir de la comparaison avec quelques grands et historiques rassemblements près desquels il ferait pâle figure.

Toujours soutenu cependant par une majorité de Français, le mouvement, s’il était "classique", devrait déboucher sur des acquis. Mais il n’est pas "classique" du tout et hors toutes normes connues. Ce mouvement est l’expression spontanée et vague d’une vraie colère, qui ne remonte pas à la dernière élection, et qui ne retombera pas de sitôt.

Les préparations des fêtes de fin d'année risquent fort d'être plus que perturbées.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.