Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 avril 2015

HOMMAGE à Mme Monique COISSON

Aujourd'hui, Jeudi 2 Avril 2015, sont célébrées à La Calmette, puis au crématorium de NÎMES, les obsèques de Mme Monique COISSON, une merveilleuse amie à nous tous, et particulièrement aux membres du Conseil Départemental du Mouvement Démocrate du GARD (MoDem) dont elle était l'élue fidèle et dévouée (et tout récemment réélue à cette fonction). Elle est disparue à l'âge de 65 ans après un long combat contre la maladie. Elle était la compagne de Mr Jacques BOLLÈGUE, Maire de La Calmette. Elle était conseil en droit social et ressources humaines en entreprises, ancien juge prud'homal. 

Le Professeur Philippe BERTA, Conseiller National du Modem et ancien Président Départemental de notre mouvement dans le GARD, dont il était très proche tant il savait pouvoir compter sur elle, nous a transmis un courrier pour dire son émotion.

Voici le texte de l'hommage de Philippe BERTA :

Je voudrais ici partager une pensée pour Monique Coisson.

Monique, après un dur combat, nous a quittés.

Je ne peux laisser silencieux ce départ, tant Monique était une femme remarquable à tous points de vue. Intelligente, drôle, dynamique, elle était la vie. Et c’est sans compter qu’elle se donnait aux autres. Fidèle parmi les fidèles, engagée elle est toujours restée, un engagement caractérisé par la rectitude de ses croyances et de ses actions, par son humanité, avec ce ton libre sans compromis, toujours à la recherche de l’intérêt général.

De son Nord d’origine qu’elle nous fit partager lors d’un congrès à Arras,- - et quel moment ce fut ! - en passant par l’Ardèche, ces dernières années la virent se fixer à La Calmette dans le Gard auprès de Jacques, maire de la commune. Nous pensons aussi à lui, qui dut, en particulier ces derniers mois, lutter auprès de Monique tout en gérant l’une des pires catastrophes naturelles qui soit dans sa commune.

Je suis sûr que François Bayrou et Marc Fesneau se joignent à moi dans cet hommage, tant Monique, qui les a toujours suivis, s’inscrivait dans la lignée des femmes et des hommes libres, aux convictions inébranlables, toute entière au service de l’autre.

Monique, tu nous manques déjà. Mais je veux te remercier de nous avoir donné la chance de côtoyer quelqu’un comme toi, quelqu’un qui restera pour toujours un exemple à suivre.

Philippe BERTA

Les commentaires sont fermés.