Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 février 2014

MUNICIPALES à NÎMES : POSITION du MoDem du GARD

mouvement démocrate,bayrou,politique

MUNICIPALES NÎMOISES :

Position du Mouvement Démocrate "MoDem" du Gard

 

Le Mouvement Démocrate "MoDem" du GARD, fidèle à sa vocation, souhaitait porter aux élections municipales de Nîmes une démarche innovante et claire dans laquelle seule aurait prévalue la qualité des femmes et des hommes et celle des projets inscrits dans une réelle liberté d’esprit.

Notre Mouvement, pour atteindre cet objectif, s’imposait une réelle volonté d’ouverture pour apporter des idées concrètes issues du terrain, faire apparaître des visages nouveaux que les vieux partis traditionnels ne permettent plus de faire surgir. Il souhaitait aussi sortir d’une offre politique composée majoritairement d’individus pour lesquels l’intérêt personnel prime, pour la majorité d’entr'eux, comme un moyen de subsistance au mépris du courage et des idées.

 L’urgence des situations locales que nous avons à affronter, et très particulièrement à Nîmes, conforte notre exigence.

 Hélas, nous devons constater avec regret l'absence de tout accord départemental avec nos partenaires locaux de "l'UDI" dont l'actuel responsable a imposé ses choix personnels, en contradiction avec l'accord national conclu entre "l'UDI" et le "MoDem" avec la création de "L'Alternative UDI*MoDem", qui réunit désormais les deux familles du centre et leurs partenaires associés.

 Au regard du bilan de la politique municipale menée par Mr Jean Paul Fournier depuis 13 ans, le "MoDem" ne pouvait envisager un seul instant soutenir ou accompagner la politique actuellement suivie avec le bilan constaté à la clef. Nous croyons qu’une ville n’appartient ni un parti politique en particulier, et encore moins à un homme quel qu’il soit. Nous n’aurons vécu que l’émergence de nouvelles sources de dépenses à faire supporter par les générations futures, sans apport de ressources compensatoires nouvelles pour Nîmes et ses habitants. Les quelques opérations immobilières entreprises ici ou là, l’ont été, de leur côté, sans réelle vision globale : elles ne s’inscrivent dans aucun but, telle cette étrange politique de transport qui relève de concepts moyenâgeux et qui nécessitera une refonte complète car ignorant entre autres les priorités de base (accès aux services de santé, au pôle d’échange de la gare, etc…). Tous les voyants économiques de Nîmes sont aujourd’hui au rouge : la pire des images pour soutenir un redressement durable. Pour exemples récents, ce sont encore deux entreprises qui annonceront leur départ dans les jours à venir…

 Face à la position de "l'UDI" locale, le "MoDem" a donc eu des contacts avec des divers responsables de l’opposition municipale actuelle qui souhaitaient nous associer à leur projet. Nous devons reconnaître la qualité de leur accueil et une certaine volonté d’écoute, même si nos conclusions sur leurs projets ne pouvaient concorder sur bien des points.

 Ces différents contacts, à ce jour, n’ont pas abouti :

 1°/ Nous observons que la composition de la liste constituée tout récemment par le P.S. nîmois a très clairement affiché une volonté de repli sur des idéologies issues des siècles passés, une sorte de retour au programme commun des années 1970. Nous constatons aussi un manque d’ambition, un soudain retour en arrière face à une ouverture initialement affichée : ceci ne permet pas d’espérer un changement du fonctionnement clanique habituel comme on le connaît que trop au P.S.. Il ne laisse aucune place à une nouvelle façon de pratiquer la politique, ce qui est en totale contradiction avec les valeurs du Mouvement Démocrate.

 2°/ Nous ne pouvions envisager non plus d’accepter la liste citoyenne portée par Mr Jean-Paul Boré qui n’a pas su, ou voulu, aller réellement vers un rassemblement élargi, seul apte à donner l’élan nécessaire pour sauver ce qui peut l’être encore pour élaborer ensemble un programme d’une réelle ambition que mérite notre ville pour sortir de l’actuelle situation désastreuse.

 Nous regrettons donc que ces candidats n’aient pas suffisamment mesuré la situation dans laquelle se trouve notre ville, situation où la guerre des égos, les viles tractations et les ambitions personnelles prennent le pas sur l’intérêt général. Les Nîmois que nous sommes vont donc devoir continuer à en payer le prix, et ce prix en devient plus élevé de mois en mois.

 Nous précisons que la décision du "MoDem" du GARD a été prise en plein accord avec nos instances nationales et que, par voie de conséquence, aucune investiture du Mouvement Démocrate n’a été délivrée pour les prochaines municipales à Nîmes. Les éventuelles candidatures - que nous ne pouvons interdire - ne le seraient qu’à titre strictement personnel, mais sans utilisation autorisée du sigle "MoDem".

          Nous resterons néanmoins attentifs au déroulement de cette campagne ainsi qu’aux résultats au soir du 1er tour. Nous restons à la disposition des Nîmoises et des Nîmois pour ne rien lâcher face à la situation actuelle et préparer ensemble l’électrochoc nécessaire pour donner à nos enfants l’avenir qu’ils sont en droit d’exiger

Philippe BERTA

Président Départemental du

Mouvement Démocrate du GARD

 

Les commentaires sont fermés.