Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2018

L'ARGUMENT DE LA COHÉRENCE : SES LIMITES....

TRIBUNE LIBRE

 
mouvement démocrate,politiqueNous sommes dans une impasse, et elle est violente.
 
La responsabilité du chef de l’État est d’en sortir le pays. Même s’il est très seul. 

On finit toujours par tuer les porteurs de mauvaises nouvelles, en espérant qu’elles disparaîtront avec lui. On reproche ainsi aux chaînes d’information en continu de montrer complaisamment les scènes de vandalisme, et ainsi de les encourager, comme si l’humanité avait attendu la création de BFM TV pour se livrer à la violence, l’une de ses constantes passions. Il est, au contraire, utile de donner à voir les débordements d’un conflit, afin que les citoyens et les dirigeants regardent en face chacune de ses réalités.

L’écrasante majorité des Gilets Jaunes ne voulait pas qu’on attaque des policiers, ni qu’on souille l’Arc de Triomphe, ni qu’on incendie des voitures, ni qu'on pille des magasins ou qu'on incendie des résidences privées.
 
Mais chacun savait pertinemment que le risque de voir se répéter les actes de violence de samedi dernier était maximal. Ce danger n’a pas dissuadé pour autant les Gilets Jaunes de manifester de nouveau au cœur de Paris ; il n’a pas empêché un ancien Président de la République - François Hollande - d’encourager le mouvement ; il n’a pas conduit davantage les dirigeants de l’opposition à choisir la voie de la responsabilité et de la dignité.
 
Une classe politique qui attise les braises pour précipiter l’alternance ou l’avènement d'un "grand soir" inespéré, et des Gilets Jaunes qui ne parviennent pas à sortir d’une colère sincère pour enfin faire de la politique, comme il se doit en démocratie : le Président de la République est le seul capable de sortir le pays de cette impasse. Et c’est son rôle.
 
Or, sa dernière intervention sur la transition énergétique n’a fait que radicaliser le mouvement : il ne peut opposer éternellement sa cohérence face à une révolte, ni la raison face aux passions.
 
Il faut qu’il fasse, lui aussi, de la politique, en prenant une initiative forte. Or il ne s’est pas adressé une seule fois aux Français, directement, les yeux dans les yeux, depuis le début du mouvement.
 
Ceci est étonnant. Est-ce une stratégie ? N'a-t-on pas atteint ses limites ? L'avenir nous le dira bientôt.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.